Art et architecture contemporains au Japon



Le Japon, pays de contrastes, est un savant mélange de tradition et de modernité.

Dans la même journée, les voyageurs peuvent apprécier l’esthétique d’un jardin entouré de buildings ultra-modernes, déambuler dans un quartier traditionnel avant de visiter un musée d’art contemporain ou voir des japonaises en kimono se balader dans les quartiers chics et branchés de la capitale. Imprégné des influences occidentales, l’art contemporain japonais connaît une ascension fulgurante à partir de l’après-guerre.

Arts modernes et architecture futuriste

C’est dans ce contexte que voit le jour le mouvement d’avant-garde gutai, théorisé par Jiro Yoshihara, qui marque le renouveau de l’art japonais. Il prône notamment l’importance du matériau brut, le côté éphémère de l’art et inspire de nouveaux artistes adeptes de performance en happening devant le public.

Dans la même période, il est également nécessaire de trouver des réponses architecturales au développement urbain grandissant de Tokyo et de repenser la ville du futur. Naît alors le mouvement « métaboliste » sous l’impulsion de Kenzo Tange, père des architectes contemporains japonais, et de Kisho Kurokawa. Tange propose d’ailleurs en 1960 un projet d’extension linéaire de la ville de Tokyo au dessus de la baie par un système de ponts, de mégastructures et d’îles artificielles interconnectés par un réseau d’autoroutes aériennes. D’autres projets utopiques de « ville flottante », construite sur la surface d’un lac, ou de « ville dans les airs » en forme d’arbre et défiant les lois de l’apesanteur sont lancés mais sans réel succès. La majorité des constructions métabolistes n’ont pas subsisté, mais on peut encore voir les capsules Nakigin de Kisho Kurokawa à Tokyo.

Gutai et métabolisme déclinent à la fin des années 60 et laissent place au Mono-ha, courant artistique mettant en valeur la connexion entre le matériau brut et son environnement.

Gutai et Mono-ha forment le socle de la pensée de l’architecte superstar, Tadao Ando. Autodidacte, il débute sa carrière en 1969 après plusieurs voyages à l’étranger pour admirer notamment les édifices du Corbusier. La maison Azuma, l’une de ses premières constructions, met en évidence les fondements du style architectural de Tadao Ando : un havre de paix intérieur en contradiction avec le tumulte extérieur et l’utilisation d’un béton lisse antisismique. Plus tard, l’Église de la Lumière d’Ibaraki (1989) illustre le goût de l’architecte pour les formes épurées et les jeux de lumière. Le soleil pénètre en effet dans l’édifice grâce à une ouverture en forme de croix. Harmonie de béton, de bois et de verre, les bâtiments du fameux hôtel-musée Benesse House à Naoshima se fondent parfaitement dans la nature avec la mer en arrière-plan.

À partir des années 1990, l’architecture japonaise n’est plus reconnue qu’à travers quelques grands noms, mais devient l’une des plus importantes sur la scène de la création architecturale dans le monde. Elle est bien sûr très présente au Japon grâce à de nombreux projets, mais aussi à l’étranger, avec des architectes qui poursuivent une carrière internationale comme Shigeru Ban, Kengo Kuma, Sou Fujimoto ou encore Ryue Nishizawa.

Depuis sa première exposition monographique hors du Japon en 1995 à la galerie Perrotin de Paris, Takashi Murakami est reconnu comme l’un des artistes contemporains les plus importants de son époque. Digne héritier d’Andy Warhol, il s’inspire à la fois des arts traditionnels comme la peinture à la feuille d’or et les estampes mais aussi de la culture contemporaine des mangas et des animés. Ses créations, toujours très colorées, se matérialisent sur divers supports : sculpture, peinture, papier peint… En 2001, il théorise le mouvement superflat, né de l’idée que l’art japonais ne connaît pas de perspective mais c’est également une manière de dénoncer la platitude de la société de consommation japonaise.

Depuis 2011 et la catastrophe de Fukushima, c’est une nouvelle génération d’artistes qui émerge.

En contradiction avec le superflat donnant une image superficielle du Japon, les œuvres sont désormais plus réalistes, provocatrices, contestataires, engagées. La nouvelle vague d’artistes post-Fukushima cherche à représenter par ses créations, les doutes et les déceptions du peuple japonais face à la nucléarisation du pays.

Découvrir les lieux emblématiques de l’art contemporain japonais avec Monde Authentique

Les Japonais célèbrent l’art contemporain sur tout le territoire.

Monde Authentique recommande aux passionnés de passer plusieurs jours à Tokyo où foisonnent bâtiments futuristes, galeries et musées d’art contemporain de premier plan. De l’observatoire des tours jumelles de la mairie de Tokyo se dévoile l’immeuble Shinjuku Park Tower avec, à son sommet, le célèbre hôtel Park Hyatt immortalisé dans le film Lost in translation. Les deux édifices sont signés Kenzo Tange. A proximité, les voyageurs aiment se balader à Omotesando, les Champs-Élysées tokyoïtes. Roppongi regorge également de galeries d’art comme le 21_21 design sight de Tadao Ando et le Centre National des Arts designé par Kisho Kurokawa unanimement acclamé. Le quartier chic de Ginza et l’île artificielle d’Odaiba viennent ponctuer un séjour arty riche en découverte dans la capitale japonaise.

Osaka, lieu de naissance de Tadao Ando, est également un haut-lieu de l’art contemporain. Les admirateurs de l’architecte visitent généralement l’Église de la Lumière. Les créateurs de voyage de Monde Authentique assurent à l’avance la réservation d’un créneau de visite, indispensable pour profiter de ce lieu.

Dans ces grandes villes, Monde Authentique propose aux clients-voyageurs férus d’art contemporain une balade avec un accompagnateur français expatrié spécialiste. Grâce à ce professionnel de la photographie, les édifices se dévoilent sous leur meilleur angle pour des clichés réussis. A Kyoto, ville traditionnelle par excellence, l’accompagnateur fait découvrir aux visiteurs  de nombreuses galeries d’art contemporain moins connues mais dignes d’intérêt. La gare, temple monumental de verre et d’acier, vaut également le coup d’œil.

En liberté, il est facile de se rendre à Kanazawa, accessible en train depuis Tokyo ou Kyoto. Dans cette ville mondialement réputée pour ses arts traditionnels, les voyageurs aiment aussi passer du temps au musée d’art contemporain du XXIème siècle et à la fameuse piscine de Leandro Erlich.

Plus à l’ouest, au cœur de la Mer Intérieure, art contemporain rime avec nature et paysages côtiers de toute beauté. Soichiro Fukutake, mécène et grand collectionneur, décide de redynamiser le tourisme sur l’île de Naoshima. Pour ce faire, il mandate Tadao Ando et, c’est ainsi que le fameux hôtel-musée Benesse House voit le jour en 1992. Plus tard, le musée Chichu enfoui sous terre et Lee Ufan sont conçus par Ando. Anciennes maisons réhabilitées et œuvres en plein air complètent l’expérience. Les voyageurs adorent se faire photographier devant la citrouille de Yayoi Kusama devenue symbole de l’île. Artiste avant-gardiste, elle devient dans les années 1960 une icône du pop art au même titre qu’Andy Warhol. Sujette à des hallucinations depuis son enfance, elle met dans ses œuvres teintées de psychédélisme une multitude de pois et de tâches. Un musée lui est consacré à Matsumoto, sa ville de naissance, ainsi qu’une galerie à Tokyo.

Plusieurs îles de la mer intérieure sont dédiées à l’art contemporain. A découvrir sans modération lors de la Triennale de Setouchi (la prochaine est prévue en 2022 mais les expositions permanentes sont visibles à tout moment de l’année). Lors d’un voyage au Japon, il est d’ailleurs recommandé de passer plusieurs jours dans la région.

Les voyageurs désireux de découvrir un Japon hors des sentiers battus sillonnent la région d’Echigo Tsumari dans la préfecture rurale de Niigata. Afin de découvrir les œuvres d’art disséminées dans la campagne verdoyante, une voiture est nécessaire. A cette occasion, les créateurs de voyage de Monde Authentique s’occupent de la réservation et de la traduction du permis, sésame indispensable pour conduire au Japon. La prochaine triennale est prévue pour l’été 2021.

La région du lac Shiga, facilement accessible en train depuis Kyoto, regorge de sites intéressants peu fréquentés des touristes occidentaux. Le château d’Hikone et le centre pittoresque d’Omi Hachiman se découvrent au gré des œuvres d’une biennale d’art contemporain. La prochaine se tiendra à l’automne 2022. A quelques encablures, les amateurs d’art se rendent au musée Miho. Niché en haut des montagnes de Shigaraki, le musée a été construit sous terre afin de ne pas dénaturer le site. Cette merveille architecturale est l’œuvre de Pei qui a voulu ainsi créer un « paradis terrestre » pour la collection du musée.

Les voyageurs se rendant au nord du Japon apprécient le musée d’art d’Akita de Tadao Ando ainsi que la médiathèque de Sendai de Toyo Ito.

Le Shinshoji, dans la préfecture d’Hiroshima, propose une immersion intense dans la culture zen. Dans un mélange de bâtiments anciens et contemporains, les visiteurs peuvent expérimenter la méditation zazen, la copie de sutras, une dégustation de thé et goûter le repas typique des moines.

Plus au sud, l’édifice du musée national de Kyushu à l’extérieur vitré est un immense miroir où se reflètent les arbres et le ciel qui l’entourent.

De nombreux sites dignes d’intérêt jalonnent l’ensemble de l’archipel japonais. A l’exception de quelques musées ou expositions nécessitant une réservation préalable, la plupart des sites sont accessibles facilement aux visiteurs. Pour les voyageurs prévoyant de passer quelques jours sur les îles-musées de la Mer Intérieure, Monde Authentique conseille de réserver environ six mois à l’avance. En effet, les hébergements sont peu nombreux et se remplissent rapidement.

Que l’on soit passionné ou néophyte, un voyage au Japon dans les pas des plus grands artistes et architectes contemporains ne laisse aucun visiteur indifférent.

7 BONNES RAISONS DE VOYAGER AVEC MONDE AUTHENTIQUE

LE SUR-MESURE
Pas d'itinéaire pré-établi : un voyage à vos mesures selon vos envies
L'EXPERTISE
Des créateurs de voyages défricheurs et spécialistes de leurs destinations
L'EXPERIENCE
Des créateurs de voyages seniors à la technicité reconnue pour un voyage sans faute
LA DISPONIBILITE
Nos créateurs de voyages prennent le temps de vous comprendre
LA FLEXIBILITE
Des voyages à géométrie variable.
Un seul impératif : au minimum 6 nuits consécutives
LE GOÛT
Le temps de la découverte : des établissements choisis avec soin
LES GARANTIES
Prix ferme à l'inscription, assurance RC pro, garantie des fonds.
Partez l'esprit libre
Inscrivez vous à notre newsletter