Où voyager cet automne ?

Nous n’avons rien à vous cacher alors nous publions bien volontiers nos données. En juillet et en août, Monde Authentique n’a réalisé que 9% de son chiffre d’affaires de l’été dernier.

Il faut dire qu’on n’a pas été aidés par certains média généralistes, qui ont relayé tout l’été des informations fantasques de voyages interdits et de frontières complètement fermées, ni par certains membres du gouvernement, qui ont laissé entendre que seul le tourisme domestique serait envisageable cet été.

Pas étonnant que nos clients-voyageurs nous demandaient, quand nous annoncions que certains voyages étaient possibles “mais vous êtes certains ?

Cet été, malgré cette communication très orientée vers les intérêts économiques des acteurs du tourisme “en France”, nous avons permis à certains de nos clients-voyageurs de partir en voyage en Polynésie française, en Tanzanie, en Italie et en Grèce.

 

Leur avis est unanime : les conditions de voyage ont été exceptionnelles :

  • peu de monde sur les sites touristiques d’habitude très fréquentés (nous avons reçu des photos de la place Saint Marc de Venise presque déserte)
  • une faune sauvage facile à approcher en Tanzanie car le tourisme a été arrêté net pendant 3 mois et que la reprise en juillet/août a été très lente (les autorités tanzaniennes annoncent une fréquentation cet été d’environ 25% de ce qu’elle était l’été dernier)
  • un accueil des plus chaleureux réservés au « premiers voyageurs » de l’après-coronavirus
  • et souvent assez de place dans les avions pour s’y allonger

Le virus est bien présent et sans doute pour plusieurs années. On martèle partout qu’il nous faut apprendre à “vivre avec le virus”. Je n’aime pas l’expression “vivre avec le virus” qui sous-entendrait que nous l’aurions tous un jour.

Cette pandémie n’empêche pas de voyager !

Voyager au temps du coronavirus, c’est se faire tester (de nombreuses destinations imposent un test PCR négatif récent avant d’accueillir des ressortissants français en voyage), porter un masque chirurgical en avion et sur place, respecter une certaine distanciation physique.

Alors où pouvons-nous voyager en septembre et en octobre 2020 ?

En Méditerranée

L’Italie, la Grèce, Malte, par exemple, sont des pays où l’été joue les prolongations : les soirées sont plus courtes qu’au début de l’été mais les températures de l’air et de l’eau sont très agréables en septembre, voire en octobre.
Les chefs-d’œuvre archéologiques sont moins fréquentés cette année qu’à l’accoutumée… il est temps de contacter Christine ou Sandrine pour organiser une escapade de fin de saison !

Au Maroc

Le royaume chérifien a ouvert ses portes cette semaine ! C’est la destination idéale pour l’automne avec des températures douces : kaléidoscope de paysages contrastés entre déserts, montagnes et littoraux, accueil chaleureux et douceur de vivre… une parenthèse de quelques jours ou de plusieurs semaines à préparer avec notre experte Sandrine.

En Afrique

La Tanzanie et Zanzibar ont ouvert leurs portes aux ressortissants européens début juin. L’observation animalière était déjà exceptionnelle en Tanzanie car le pays a fait le choix d’un tourisme assez élitiste en limitant volontairement le nombre de visiteurs quotidiens dans ses parcs naturels. La fréquentation est encore moindre qu’à l’accoutumée, ce qui permet de jouir du spectacle de la faune et de la flore en toute quiétude.
A Zanzibar, le temps s’étire lentement et les hôtels rivalisent d’offres spéciales pour attirer les voyageurs. Je me suis moi-même laissé tenter : j’y pars le 18 septembre.

Le Kenya et le Rwanda nous accueillent depuis le 1er août. Ici aussi, observations animalières exceptionnelles et paysages fabuleux garantis ! Sur la côte kényane, notre sélection de petits hôtels permet de profiter des longues plages de l’océan Indien.

Enfin, la Namibie aux paysages lunaires exceptionnels vient d’ouvrir ses portes. La météo est idéale d’octobre à janvier !

Fred (pour la Tanzanie), Estelle pour le Kenya, la Namibie et la Tanzanie, et Gilles pour le Rwanda sont à votre disposition !

En Amérique latine

Le Belize, le Guatemala et le Costa Rica acceptent les voyageurs canadiens et européens. La clientèle des Etats-Unis, d’habitude majoritaire dans ces pays, est totalement absente et diminue d’autant la fréquentation. C’est le moment d’explorer le pays le plus “nature” du monde ou les sites archéologiques mayas parmi les plus impressionnants d’Amérique centrale.
L’Equateur aussi a rouvert sa frontière aux visiteurs européens. C’est l’une des rares destinations au monde à offrir une palette aussi variée de paysages, de climats, d’écosystèmes et de cultures concentrée sur un si petit territoire.
Contactez nos spécialistes : Cyrille pour le Costa Rica, Sylvain pour le Belize et le Guatemala, et Christine pour l’Equateur !

Dans les îles exotiques

Nous avons évoqué plus haut la possibilité de se rendre dans l’archipel de Zanzibar. D’autres îles sont ouvertes aux voyageurs français comme la Polynésie française et la Réunion.

Les Seychelles qui avaient ouvert leurs frontières début août avant de se raviser devraient elles aussi nous accueillir dans les prochaines semaines.

Estelle et Frédéric (pour Zanzibar), Sandrine (pour la Polynésie et la Réunion), et Sophie (pour les Seychelles) vous donneront tous les détails !

 

Nouveau : nous proposons une assurance voyage “spéciale épidémies et pandémies”

Les assurances proposent des garanties en cas d’annulation pour raison “impérative, irrésistible et subie par les clients-voyageurs“. Toutes les assurances (ou presque) excluent de leurs garanties certains risques comme les catastrophes naturelles, les guerres et les épidémies.

Etre assureur, c’est calculer un risque et le garantir.

A la suite de l’éruption de L’Eyjafjallajökull en avril 2010, les assureurs ont inventé une couverture “retour impossible” pour prendre en charge l’hébergement des voyageurs dont les vols retours étaient annulés suite à la fermeture des espaces aériens. Nous proposons cette garantie depuis septembre 2010 !

Cette année, les assureurs ont été encore plus réactifs : depuis fin juillet, nous proposons une extension de garantie “spécial épidémies”.

Cette assurance couvre

  • l’annulation si la maladie est déclarée dans le mois précédant le départ
  • l’annulation du voyage si la compagnie refuse l’embarquement suite à une prise de température à l’aéroport
  • le “retour impossible” (annulation de vol, refus d’embarquement) : l’assureur prend alors en charge un nouveau billet d’avion jusqu’à 1000 €/personne et les frais hôteliers jusqu’au premier vol disponible
  • les frais médicaux sur place en cas d’hospitalisation
  • le soutien psychologique en cas de mise en quarantaine.

Bonne nouvelle : le supplément tarifaire pour cette option n’est que de 10% environ par rapport à l’assurance multirisque classique. On peut aisément en déduire que les assureurs estiment faible le risque de devoir indemniser des voyageurs !

Des opportunités tarifaires exceptionnelles à ne pas manquer !

Nous l’avons vu, la fréquentation touristique est en baisse.
Pour “relancer la machine”, compagnies aériennes et hébergements offrent des conditions bien loin des prix habituels du marché. C’est l’occasion de découvrir une destination réputée “chère” qui devient abordable ou de craquer pour un hôtel d’habitude hors de prix qui consent à une offre spéciale.

Des conditions de règlement assouplies

Nous avons négocié avec nos partenaires des conditions de vente et d’annulation exceptionnelles. Pour les départs de septembre et octobre, nous ne vous demanderons que 30% d’acompte à l’inscription (ce qui devrait nous permettre de régler les billets d’avion aux transporteurs). Vous pouvez attendre jusqu’à 2 semaines avant le départ pour payer le solde de votre voyage.

En effet : nos prestataires acceptent exceptionnellement, en cette période où tout le monde se serre les coudes, d’être payés seulement 2 semaines avant votre arrivée.

Et si votre voyage devient “impossible” (parce que les frontières sont fermées ou qu’une période d’isolement de plus de 48h est imposée à l’arrivée à destination ou à votre retour en France), nous vous remboursons dans un délai de 14 jours !

Alors… où partez-vous ?