Zanzibar, loin de la foule



Au commencement de l’agence, en 2003, les seuls vols internationaux qui arrivaient à Zanzibar venaient d’Afrique du Sud, du Kenya, d’Oman ou d’Italie. Il fallait alors s’armer de patience pour rejoindre Zanzibar et emprunter au moins 2, le plus souvent 3 vols avant d’atterrir à Zanzibar. Il y avait à l’époque une trentaine d’hôtels de qualité sur l’île et pour chacun, un voyage à Zanzibar restait une expérience hors des sentiers battus.

Zanzibar, une île en perpétuelle évolution

En 20 ans, tout s’est accéléré et Zanzibar a beaucoup changé : il ne se passe pas une saison sans qu’une nouvelle compagnie aérienne annonce l’ouverture d’une ligne vers Zanzibar, pas une semaine sans qu’ouvre un nouvel hôtel, qu’un autre se ferme, soit racheté, ou complètement transformé.

De ce fait, définir quel sera son itinéraire pour un voyage à Zanzibar loin de la foule, choisir ses hébergements et ses activités et expériences est une opération délicate, car de l’embarras du choix vient le risque de se tromper et de gâcher ses vacances. Monde Authentique s’enorgueillit de faire découvrir Zanzibar à près d’un millier de voyageurs par an, et il se passe rarement plus de 3 mois entre deux visites sur l’ile d’un membre de l’équipe. Cette parfaite connaissance du terrain permet à l’agence de garantir le meilleur conseil d’experts de Zanzibar pour un combler les attentes de chaque voyageur.

Voyager à Zanzibar est devenu quelque chose de commun. Chacun a un beau-frère, une cousine ou un collègue de bureau qui a voyagé à Zanzibar et qui aura toujours un avis à donner. L’un a adoré Stone Town quand l’autre a trouvé la ville sale et en ruine. Un autre enjoint à séjourner dans l’hôtel délicieux où il a passé des vacances il y a deux ans, mais il ne sait pas qu’un hôtel-club vient d’être construit juste à côté et que celui-ci abrite une clientèle festive, férue de variété italienne/polonaise/tchèque (rayer la mention inutile).  

A chacun ses goûts, ses envies, son voyage. Monde Authentique favorise des endroits confidentiels, des hôtels de caractère et de petite capacité, des expériences inédites et authentiques.

Surtourisme à Nungwi, Kiwengwa et Paje

C’est dans ces villages que s’est développé le tourisme à partir des années 1990. Sur un écosystème fragile, les hôtels ont poussé comme des champignons, en première ligne de plage, puis en deuxième, voire troisième ligne.

Nungwi, ravissant village de pêcheurs jusqu’aux années 2005 a perdu tout son charme pour devenir une station festive et attirer une clientèle avide de sensations fortes, de substances illicites et de plaisirs rapides. Du fait de la pression touristique, une grande partie de la falaise s’est écroulée, ce qui a réduit drastiquement la surface de la plage. Il est difficile de trouver un peu de quiétude à Nungwi entre bars de nuits, locations de quads et de jet-skis et beach-boys insistants. L’agence ne référence plus d’établissement à Nungwi depuis 15 ans.

C’était à Kiwengwa que la plage était la plus belle et les terrains les plus chers. Des dizaines d’hôtels se dressent dans la partie Nord du village, où la vie locale n’est plus qu’anecdotique. Le village de Kiwengwa s’étire sur près de 10km de côtes et il existe tout de même des endroits tranquilles.

Paje, capitale du kite-surf, est désormais surpeuplée et a perdu toute son authenticité. Les baigneurs, kite-surfers et éleveurs d’algues ont peine à se partager les eaux de l’océan. De plus, la cohabitation entre une clientèle jeune, sportive et festive et celle des riches familles du Golfe qui y ont acheté des maisons est parfois difficile.

Jambiani : un développement touristique réussi

Le village de Jambiani, long de plus de 8km, est assez contrasté. Boutiques-hôtels au luxe tapageur, établissements qui proposent des vacances nonchalantes entre séances de méditation, de yoga et conférences de gourous, clubs de kite (en nombre encore réduit par rapport à Paje) et nombreuses maisons secondaires… Jambiani est devenu l’apanage des influenceurs qui semblent tous s’y donner rendez-vous.

Même si c’est sans doute à Jambiani que la concentration hôtelière est la plus forte, il est important de noter qu’aucun établissement n’affiche plus de 50 chambres. Sur le littoral s’enchainent hôtels, maisons d’hôtes, maisons secondaires, clubs de kite-surf, bars et boutiques. Dans les rues du village, un nombre infini de petites boutiques colorées ont fleuri : souvenirs, artisanat, confection, restaurants, étals de fruits, coiffeurs et barbiers… tout le village profite de la manne touristique et c’est tant mieux.

Matemwe, Michamvi et Kizimkazi : encore préservés du tourisme de masse

Les villages de Matemwe (nord-est), Michamvi (sud-est) et Kizimkazi (sud) semblent encore être à peu près épargnés par la folle pression immobilière des stations voisines.

Le temps qui passe semble n’avoir aucun effet sur Matemwe, où les femmes aux saris colorés s’affairent à chercher de l’eau et du bois, les enfants s’amusent à tenter de vaincre leur timidité et s’approcher des voyageurs, les hommes négocient le poisson et palabrent inlassablement, et les vaches déambulent nonchalamment entre village et plage.

Le sol de corail de Michamvi a découragé les constructions jusqu’à un passé récent. Quelques établissements ont récemment ouvert à Michamvi qui a conservé sa sérénité.

La foule se presse à Kizimkazi tôt le matin pour apercevoir les dauphins qui croisent tout près des côtes aux premières lueurs du jour, mais dès 8h, ce village de pêcheurs retrouve sa quiétude absolue.

Seul au monde sur une île privée

Plusieurs îlots ont été aménagés en hôtels exclusifs pour des séjours en toute quiétude :

  • face à Matemwe, sur l’atoll de Mnemba, une île-hôtel de 12 suites de grand luxe face à la mer (3000 à 4500 € la nuit pour deux, en formule tout inclus). 
  • à Pongwe, un gros rocher aménagé avec 5 chambres et une suite et un excellent restaurant gastronomique (400 à 700 € la nuit pour deux, petits déjeuners et diners compris).
  • face à Stone Town, une île-hôtel sauvage, écolo et équitable avec 5 bungalows de 2 chambres, une villa et 2 tentes de style safari, toutes face à la mer (ouverte jusqu’au 28 février 2023) (250 à 400 € la nuit pour deux, petits déjeuners et diners compris).
  • au sud de Stone Town, face au village de Mbweni, un écolodge de 7 cabanes face à la mer, au sein d’une réserve marine protégée (500 à 600 € la nuit pour deux, en formule tout inclus).

Un peu plus loin,

  • dans l’archipel de Songo Songo, une très belle île privée de grand luxe : 10 grandes suites face à la mer (1500 à 2000 € la nuit pour deux, en formule tout inclus y compris les nombreuses activités de sports et de loisirs).
  • près de Bagamoyo, sur une petite péninsule accessible seulement en bateau, un écolodge de 10 chambres toutes face à la mer, pour un séjour en toute quiétude (150 à 250 € la nuit pour deux, en pension complète hors boissons).

Cocons intimes et séjours d’exception

On dénombre plus d’un millier d’hôtels à Zanzibar. Chacun rivalise de superlatifs et revendique la plus belle vue, la plus grande piscine, la meilleure table et la cave la plus garnie. Il est osé de faire une sélection mais citons du Nord au Sud, dans la collection des plus beaux hôtels de Zanzibar, sélectionnés par Monde Authentique :

  • autour du village de Matemwe, 4 boutique-hôtels de 10 à 30 chambres, suites et villas, le plus souvent ouvertes vers l’extérieur, certaines avec bassin privé et/ou unités de 2 chambres (200 à 500 € la nuit pour deux, petits déjeuners et diners compris).
  • sur la partie de la plage de Kiwengwa épargnée par l’agitation des resorts, 2 lodges de mer de respectivement 17 et 18 chambres, bungalows et villas, certains avec bassin privé et/ou unités de 2 chambres (350 à 600 € la nuit pour deux, petits déjeuners et diners compris).
  • à Pingwe-Michamvi, un complexe de 2 villas d’une chambre avec toit-terrasse et bassin privé, une villa de 5 chambres avec ses espaces privatifs (salon, terrasse et piscine), un bar élégant, un restaurant délicieux et une grande piscine. (800 à 1000 € la nuit pour deux en villa une chambre, 1500 à 2500 € par nuit pour la villa jusqu’à 12 personnes, selon le nombre de voyageurs et la saison, petits déjeuners et service majordome inclus).
  • à Kae-Michamvi, un très bel ensemble de 4 belles villas avec bassin privé, une belle piscine et un isolement absolu (700 à 1000 € la nuit pour deux, en formule tout inclus).
  • à Paje, le seul Relais & Châteaux de l’île : 11 villas de 1, 2 ou 5 chambres, chacune avec de grands espaces privatifs, une piscine par villa, un bar élégant et un excellent restaurant. (1700 à 2500 € la nuit pour deux en villa une chambre, (3000 à 4500 €  par nuit pour la villa jusqu’à 10 personnes, petits déjeuners, dîners et service majordome inclus).
  • à Jambiani, un petit ensemble de 28 chambres simples et élégantes, 3 piscines, 2 bars, 2 restaurants et un espace bien-être (200 à 350 € la nuit pour deux, petits déjeuners inclus).
  • à Jambiani toujours, un hôtel design construit en matériaux naturels : 10 grandes chambres (10 autres en projet), une grande piscine à débordement avec bar et restaurant (1000 à 1500 € la nuit pour deux, petits déjeuners inclus).
  • à Kizimkazi, au Sud, un hôtel de 28 chambres et suites dont certaines peuvent accueillir jusqu’à 6 personnes, une belle piscine, un accès direct à la mer et peu de voisins (150 à 600 € la nuit par chambre, petits déjeuners inclus).

7 BONNES RAISONS DE VOYAGER AVEC MONDE AUTHENTIQUE

LE SUR-MESURE
Pas d'itinéaire pré-établi : un voyage à vos mesures selon vos envies
L'EXPERTISE
Des créateurs de voyages défricheurs et spécialistes de leurs destinations
L'EXPERIENCE
Des créateurs de voyages seniors à la technicité reconnue pour un voyage sans faute
LA DISPONIBILITE
Nos créateurs de voyages prennent le temps de vous comprendre
LA FLEXIBILITE
Des voyages à géométrie variable.
Un seul impératif : au minimum 6 nuits consécutives
LE GOÛT
Le temps de la découverte : des établissements choisis avec soin
LES GARANTIES
Prix ferme à l'inscription, assurance RC pro, garantie des fonds.
Partez l'esprit libre
Inscrivez vous à notre newsletter