Rwanda, rencontre avec les grands singes



Le Rwanda est renommé pour être LA destination phare pour partir à la rencontre des gorilles des montagnes. Cette population de gorilles avoisine les 800-900 individus aux derniers recensements. Ce sont les tous derniers représentants de cette espèce unique (Gorilla beringei beringei) qui partage plus de 90% de son ADN avec Homo sapiens.

Rencontrer les gorilles des montagnes est une activité absolument incontournable au Rwanda, aussi le gouvernement a-t-il tout mis en œuvre pour protéger ces doux géants du braconnage qui menace leur survie depuis des décennies, et volontairement fixé assez haut le prix du “permis gorille” afin de réguler le nombre des visiteurs. Une partie des recettes de cette activité est employée pour appuyer économiquement et socialement les communautés qui vivent en périphérie du parc national des Virunga.

L’arrivée au pied du parc des volcans

La journée de trekking pour rencontrer les gorilles débute par une séance d’information au pied de la chaîne des volcans. Un ensemble de musiciens locaux accueille les visiteurs, qui sont ensuite pris en charge par l’équipe des guides et éco-gardes du parc des volcans.

Il est possible de choisir la durée du trekking, 2h ou 6h, avant d’atteindre la famille de gorilles. Certains visiteurs souhaitent marcher le moins possible, il suffit d’en faire part aux éco-gardes à l’arrivée sur le site pour bénéficier d’un parcours plus aisé d’accès.

Seules quelques familles de gorilles sont accessibles aux visiteurs. Les autres n’ont aucun contact avec les êtres humains en dehors des scientifiques. Les groupes de gorilles visibles par les voyageurs sont éparpillés sur le territoire du parc des volcans, ils sont suivis nuit et jour par les éco-gardes qui sont en mesure de les géo-localiser en temps réel notamment pour les protéger du braconnage.

Les mesures de sécurité et les consignes

Une fois qu’une famille de gorilles a été attribuée à chaque groupe de visiteurs (8 personnes maximum par groupe), les guides transmettent alors les consignes à suivre à la lettre lors du trekking, ainsi que les règles à respecter en présence des gorilles.

1h en tout et pour tout est consacrée à la rencontre avec les gorilles. Une heure unique et magique où le temps file à la vitesse de l’éclair, mais qui laisse tout le loisir d’observer ces créatures imposantes et placides.

Le trekking

L’ascension est accessible à tous mais peut parfois s’avérer sportive. Le rythme de la montée est plutôt lent afin de se ménager et d’arriver au bout du trekking. La végétation est exubérante. La forêt souvent nimbée d’un épais brouillard est composée de bambous géants dont raffolent les gorilles, de fougères arborescentes et d’arbres aux troncs tortueux festonnés de lichens formant comme une longue chevelure. La canopée procure beaucoup d’ombre ce qui permet de ne pas souffrir du soleil.

La rencontre avec les gorilles

Je n’oublierai jamais ma première rencontre avec les gorilles. J’entendis, je sentis avant de voir : le bruit d’abord, puis une puissante odeur musquée, une odeur de basse-cour et en même temps, une odeur presque humaine. Dian Fossey

Lorsque les gorilles sont proches, les gardiens demandent aux visiteurs de patienter un peu afin d’approcher la famille de primates en éclaireurs. Une fois le feu vert donné, les visiteurs se suivent en file indienne le temps d’arriver devant les gorilles et de leur être “présentés”. Les guides restent en contact permanent avec les gorilles durant toute l’heure de la visite en émettant un bruit guttural identique à celui d’un grattement de gorge : c’est un son que les gorilles émettent entre eux et qui les rassure.

Il est interdit de s’approcher des gorilles mais avec un peu de chance, et si la famille compte quelques jeunes, ces derniers viennent très facilement jouer et taquiner les visiteurs car ils sont très curieux. Les photos sans flash et les films sont autorisés. Pour le reste, le silence et le calme sont de mise pour ne pas déranger les grands singes. Monde Authentique recommande de s’équiper d’un objectif d’au moins 200mm pour des prises de vue rapprochées, et d’un monopod pour gagner en stabilité et compenser la faible quantité de lumière qui exige parfois de photographier à des vitesses lentes (il peut s’avérer aussi très utile pour la vidéo).

La descente

Après cette heure singulière et inoubliable, le moment est venu de redescendre la colline. La descente est évidemment plus facile et plus rapide, mais il faut tout de même faire preuve de prudence car l’excitation et la fatigue sont souvent la cause de mauvaises chutes.

Aspects pratiques

Le prix du “permis gorille” au Rwanda est désormais de 1500US$ par permis et par personne. Il faut s’y prendre le plus longtemps possible à l’avance (surtout en haute saison) car seuls 80 permis sont délivrés par jour et pas un de plus. Les places sont donc chères et comptées. Selon les bourses et les budgets, il est envisageable de s’accorder une ou deux visites pour aller voir les gorilles durant un voyage au Rwanda.

La meilleure période pour participer à ce trekking court de juin à septembre et de décembre à février, c’est à dire en dehors des saisons des pluies (grande saison des pluies au printemps et petite saison des pluies à l’automne). Durant les saisons des pluies l’ascension est souvent difficile car le terrain est glissant et les observations peuvent être perturbées par les précipitations. Il convient alors d’équiper le matériel vidéo-photographique d’une protection imperméable.

A voir aussi au cœur du parc des volcans

Pour les amateurs du film Gorilles dans la brume et de la vie incroyable menée par Dian Fossey qui a inspiré ce film, il est également possible d’aller visiter la tombe de la primatologue. Dian est enterrée aux côtés de l’un des gorilles qu’elle a très longtemps étudié et qui a, lui aussi, été tué par des braconniers. Ce cimetière se trouve à proximité de la station scientifique où elle vivait, à la jonction des monts Karisimbi et Bisoke dont la contraction des noms a servi à baptiser ce lieu de recherches mythique, Karisoke.

Le parc national des Virunga est aussi le refuge d’un autre primate, beaucoup plus petit : le singe doré, l’une des espèces de singes parmi les plus rares au monde. Ce petit cercopithèque (famille des singes à longue queue) à fourrure fauve est présent sur les pentes du mont Sabyinyo. Ces singes raffolent des bambous et se nourrissent aussi de vers qu’ils cherchent dans le sol de leurs doigts agiles. Les singes dorés se sont habitués à la présence humaine. Comme il n’existe pas de maladies transmissibles entre l’homme et cette espèce de singe, aucune distance minimale n’est imposée. Les singes sont d’ailleurs généralement relativement indifférents à la présence humaine.

7 BONNES RAISONS DE VOYAGER AVEC MONDE AUTHENTIQUE

LE SUR-MESURE
Pas d'itinéaire pré-établi : un voyage à vos mesures selon vos envies
L'EXPERTISE
Des créateurs de voyages défricheurs et spécialistes de leurs destinations
L'EXPERIENCE
Des créateurs de voyages seniors à la technicité reconnue pour un voyage sans faute
LA DISPONIBILITE
Nos créateurs de voyages prennent le temps de vous comprendre
LA FLEXIBILITE
Des voyages à géométrie variable.
Un seul impératif : au minimum 6 nuits consécutives
LE GOÛT
Le temps de la découverte : des établissements choisis avec soin
LES GARANTIES
Prix ferme à l'inscription, assurance RC pro, garantie des fonds.
Partez l'esprit libre
Inscrivez vous à notre newsletter