Les sites incontournables du Zimbabwe



Le Zimbabwe propose une grande diversité de sites incontournables, où la nature tient une place prépondérante. La découverte des grands sites naturels et parcs nationaux s’effectue en autonomie ou accompagnée d’un guide local.

Les Chutes Victoria : l’une des sept merveilles du monde

Avec 1700m de longueur pour une hauteur maximum de 107 mètres, les Chutes Victoria rivalisent sans peine avec leurs cousines d’Amérique (Niagara et Iguaçu). Leur débit impressionnant, pouvant atteindre 9 millions de litres d’eau par seconde leur a valu le nom local de Mosi-oa-Tunya (la fumée qui gronde). Ce nom peut sembler amusant et faire sourire mais il prend tout son sens une fois sur place ! Rien ne peut remplacer l’expérience inoubliable :

  • du brouhaha produit par les eaux du Zambèze qui se jettent dans un canyon pour poursuivre « paisiblement » leur chemin,
  • du nuage de vapeur,
  • des gouttes d’eau qui s’en échappent ressemblant à s’y méprendre à une averse quand on s’approche au plus près alors que le ciel bleu est immaculé et sans aucun nuage,
  • des multiples arcs-en-ciel qui se forment au-dessus du vide.

Selon la période de l’année et le débit des eaux, la visite des Chutes Victoria (Victoria Falls) constitue des expériences très différentes.

Gigantesques barrières naturelles, les chutes servent de frontière entre le Zimbabwe et la Zambie. Alors de quel côté faut-il se rendre pour en avoir la meilleure vue ? Selon les créateurs de voyages de Monde Authentique, la plus belle expérience c’est depuis le ciel ! Mais si l’on veut rester les pieds sur terre, même si le côté zambien est impressionnant, Monde Authentique recommande le côté zimbabwéen qui offre les meilleurs points de vue.

De surcroît le côté Zimbabwe possède le point le plus bas, ce qui assure un minimum d’eau même lorsque le débit du fleuve est à son plus faible niveau.

Comme si la beauté et la majesté des Chutes Victoria ne suffisaient pas, le site propose de multiples activités : découverte des chutes à pied, en hélicoptère ou en ULM, saut à l’élastique, baignade dans la fameuse piscine du Diable, rafting…

Cette étape incontournable d’un voyage au Zimbabwe peut également réserver une dernière surprise à certaines périodes de l’année: des arcs-en-ciel de lune !

Le Parc National de Hwange : le plus grand parc national du Zimbabwe et un sanctuaire pour les éléphants, les buffles, les lions, les rhinocéros blancs

Alors que la région était de plus en plus aride et se vidait de sa faune locale, un jeune ranger de 22 ans du nom de Ted Davidson eut l’idée en 1928 de pomper l’eau souterraine pour créer des points d’eau artificiels. Au fil du temps une réserve puis un parc national furent créés afin de protéger la faune qui progressivement fit son grand retour, au point que ce sont aujourd’hui 14800km² qui abritent, entre autres, l’une des plus grandes populations d’éléphants au monde. La création des puits artificiels aura pris 30 longues années mais Hwange est aujourd’hui un sanctuaire pour un grand nombre d’animaux, dont 9 des espèces protégées du pays parmi lesquelles le rhinocéros noir, le lycaon et l’éléphant.

Au printemps (octobre), Hwange se pare d’un écrin particulier avec la floraison de nombreux violet tree – ou Jacaranda – qui donne à la visite du parc une saveur particulière et originale.

Matobo National Park : safaris à pied à la rencontre des rhinocéros

Lieu unique, le parc des monts de Matobo – ou Matopos – est à la fois une richesse culturelle, naturelle et historique pour le pays. Le nom de ce parc découle de la traduction du mot Matombo qui signifie “pierres” ou “collines” et fait ainsi référence au grand nombre de collines présentes dans cette région. La compréhension européenne de ce nom local a transformé “Matombo” en “Matopo” ou “Matobo”. Aujourd’hui les 2 appellations se côtoient donc pour désigner la même région.
 
Le Matobo National Parc offre sans nul doute les paysages les plus fantastiques du Zimbabwe et fait sans conteste partie des joyaux du pays. Son inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO n’est pas déméritée.
Affleurement extensif de granite qui couvre une surface de +/- 2 000 km au sud de Bulawayo et qui s’est formé il y a 3 000 millions d’années, le Matobo National Parc offre de belles concrétions datant de plusieurs millions d’années. La nature est une artiste incroyable comme en attestent ces formations rocheuses : une légende locale attribue à une divinité la réalisation de ces empilements rocheux dont certains semblent représenter des personnages.
La grotte de Silozwane abrite un indescriptible portrait de rhinocéros. Grâce à ce fameux tableau, un programme destiné à la protection et à la réintroduction de l’espèce fut initié dans la région. Depuis 1953, le parc de 4000km² abrite une faune très riche bien que les Big Five ne soient pas tous présents ; ainsi l’éléphant manque à l’appel. Cette vaste étendue naturelle offre plusieurs possibilités de safari mais l’expérience la plus prisée à Matobo est de partir à pied à la rencontre du seigneur des lieux, le rhinocéros noir ou blanc ! Une randonnée plus ou moins longue qui s’achève généralement par une approche spectaculaire et inouïe à moins de 15 mètres de ces géants en pleine nature. Au cours du pistage, zèbres, girafes, rapaces, hiboux, koudous, hippopotames, lions, léopards… mais également environ 300 espèces d’oiseaux différentes peuvent s’inviter sur le parcours.
Une visite ne serait pas complète sans un détour par la tombe de Cecil Rhodes, personnage politique et homme d’affaires important dans l’histoire de la Rhodésie, premier nom du Zimbabwe. Situé dans la Northern Wilderness Area le site offre une vue imprenable surnommée View of the world.

Great Zimbabwe : témoignage ancestral de la civilisation Shona

Témoignage unique de la civilisation bantoue des Shona entre le XIème et le XVème siècle, c’est le grand site historique du Zimbabwe … et il est exceptionnel. Sur ce lieu, un empire s’est bâti à partir d’un petit village qui a connu une gloire immense entre le XIème et le XVIIIème siècle. La ville, d’une très grande superficie, fut un centre d’échanges important renommé dès le Moyen Âge.

Great Zimbabwe se situe au sud-ouest du pays à quelques kilomètres de Masivingo. Ce site est classé Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Le Great Zimbabwe National Monument est donc en réalité la ruine d’une ville immense. On raconte, selon une légende séculaire, qu’elle était la capitale du royaume de la reine de Saba, cœur battant de la civilisation Shona.

La visite des lieux prend la forme d’une grande promenade. Il est possible de la faire seul en déambulant à travers les ruines afin de tenter de comprendre cette ancienne civilisation. A l’entrée, un petit guide papier est fourni afin de s’orienter plus facilement et il est complété par des panneaux explicatifs et directionnels fréquents. Il est également possible de recourir à un guide local pour une exploration des ruines sans perte de temps. Mais quelle que soit la formule de visite retenue, il est important de s’imprégnez de l’ambiance mystérieuse des lieux…

Harare et Bulawayo, les deux plus grandes villes du pays

La capitale Harare peut constituer un point d’entrée dans le pays. Ville moderne et bourdonnante, mais agréable car toujours en fleurs, elle garde cependant tous les attraits d’une ville africaine. Les amoureux d’architecture coloniale y prévoient une visite.
 
Pur produit de la colonisation, elle fut créée ex nihilo en 1890 par la British South African Company. Ville de ségrégation raciale systématique, elle fut d’abord une place militaire (Fort Salisbury), puis une “ville pour Européens”. Après l’indépendance en 1980, Salisbury fut rapidement rebaptisée Harare en 1981 en hommage à un chef local Shonas qui se désignait comme Ne-Harawa, signifiant “Celui qui ne dort pas”.

 

Moins connue, Bulawayo, la deuxième ville du pays, à 40 Km du parc Matobo, possède de beaux édifices victoriens et peut mériter le détour. Bulawayo signifie lieu du massacre, en référence aux exécutions ordonnées par le chef Mzilikazi lors de la formation de l’état ndébélé dans les années 1830. Son fils Lobengula lui succéda en 1870 et se confronta au britannique Cecil Rhodes qu’il rencontra en 1888. Rhodes parvint à l’abuser en lui faisant accepter une concession garantissant aux étrangers des droits sur les minerais en échange d’armes et d’argent.

Tout comme Harare, Bulawayo peut constituer un point idéal d’entrée ou de sortie du pays, selon les choix d’itinéraires…

7 BONNES RAISONS DE VOYAGER AVEC MONDE AUTHENTIQUE

LE SUR-MESURE
Pas d'itinéaire pré-établi : un voyage à vos mesures selon vos envies
L'EXPERTISE
Des créateurs de voyages défricheurs et spécialistes de leurs destinations
L'EXPERIENCE
Des créateurs de voyages seniors à la technicité reconnue pour un voyage sans faute
LA DISPONIBILITE
Nos créateurs de voyages prennent le temps de vous comprendre
LA FLEXIBILITE
Des voyages à géométrie variable.
Un seul impératif : au minimum 6 nuits consécutives
LE GOÛT
Le temps de la découverte : des établissements choisis avec soin
LES GARANTIES
Prix ferme à l'inscription, assurance RC pro, garantie des fonds.
Partez l'esprit libre
Inscrivez vous à notre newsletter