Voyage dans le Territoire du Nord

Chaque année, se tient en Australie le plus grand salon des professionnels du tourisme du Pacifique. C’est pour nous l’occasion de dénicher de nouvelles adresses et excursions qui feront le bonheur de nos clients. Mais faire les 24 heures d’avion pour participer à l’évènement est aussi un excellent prétexte pour prendre quelques jours de vacances et visiter de nouveaux endroits. Cette fois-ci, j’ai choisi de redécouvrir le Territoire du Nord, l’une des régions d’Australie aux attraits touristiques indéniables.

Back Camera

Le Territoire du Nord figure parmi les endroits d’Australie qui attirent le plus de visiteurs. Et c’est pourtant la région la moins peuplée du continent. Avec une densité de 0.16 habitants au km2, une population de 220 000 habitants qui se partagent une surface de plus de 1 300 000 km2, comment expliquer une fréquentation de près d’1 million et demi de visiteurs chaque année? La réponse est dans la question. C’est bien par ses espaces immenses et ses déserts impressionnants que la région nous fascine.

Découvrir le Territoire du Nord, c’est d’abord passer par le Centre Rouge. En plein coeur de l’Australie, c’est ici que l’on contemple Uluru, l’une des merveilles géologiques du pays pleine de légendes aborigènes. Pour se rendre dans cette région désertique, une station touristique constituée de quelques resorts, restaurants, bars et boutiques a été construite.
Un vol de 3h30 est nécessaire pour atteindre le Centre Rouge depuis Sydney. La navette de mon hôtel m’attend à l’arrivée et quelques minutes suffisent pour effectuer le transfert vers le plus beau et le plus luxueux hôtel d’Ayers Rock. Au milieu de nulle part, face à Uluru, je découvre le Longitude 131. L’endroit est magique. Une poignée de tentes de luxe offrent une vue extraordinaire sur le monolithe. Imaginez un panorama où contrastent le bleu marine du ciel sur le rouge vif d’Uluru et du désert. C’est tout simplement splendide.

L’après-midi est consacrée à la visite des hôtels d’Ayers Rock. Sails In The Desert, Desert Gardens, Lost Camel… Ce dernier m’apparaît comme être d’un excellent rapport qualité / prix. Ses chambres ont été rénovées récemment et l’image d’hôtel pour “backpackers” qu’on lui attribuait auparavant semble être bien derrière lui. Les tarifs restent pourtant toujours très abordables.
Il est néanmoins certain que le Longitude 131 est de loin le plus bel hôtel de la station et je remercie au passage l’office de tourisme du Territoire du Nord d’avoir pu obtenir cette réservation.

En fin d’après-midi, une excursion organisée par l’hôtel me permet d’effectuer un tour guidé autour d’Uluru et de découvrir ses riches histoires aborigènes. Le spectacle offert par le soleil couchant sur la roche rouge vive est superbe.
Le lendemain, je m’envole pour Darwin et le Top End. Il ne me faut pas moins de 3 vols pour me rendre dans la région de Nitmiluk. J’arrive finalement en fin de matinée dans le petit aéroport de Katherine après avoir transité par Alice Springs, la ville principale du Centre Rouge et Darwin, la capitale du Territoire du Nord.

Katherine est la porte d’accès du parc de Nitmiluk. Beaucoup moins célèbre que les autres réserves naturelles du Territoire du Nord (Litchfield, Kakadu), Nitmiluk n’a pourtant rien à envier aux autres. 30 minutes de route me conduisent de l’aéroport vers Nitmiluk Chalets, mon hébergement pour la nuit. L’ensemble est constitué de bungalows relativement simples au coeur de la forêt de Nitmiluk. Dommage que le temps ne soit pas de la partie. Les pluies diluviennes qui se sont déversées ces derniers jours ont transformé le site en véritable pataugeoire. Quelques wallabies curieux s’aventurent néanmoins entre les flaques d’eau.
Comme si je n’avais pas pris suffisamment l’avion dans la journée, on me propose un survol des gorges en hélicoptère. La proposition ne peut pas être refusée et je saute sur l’occasion de contempler les paysages superbes qu’offrent les gorges. Malgré une pluie battante, le spectacle est incomparable vu de l’hélicoptère. Je peux observer d’en haut des parois de gré impressionnantes et de gigantesques cascades
La soirée est consacrée à une petite croisière dans les gorges. Toujours sous la pluie (heureusement que le bateau est couvert…), nous descendons tranquillement la rivière Nitmiluk. Un apéritif copieux accompagné de très bons vins australiens est servi à bord.

Le lendemain, j’embarque sur une pirogue pour une croisière dans les eaux de Nitmiluk. Habituellement calme, l’excursion est aujourd’hui plus aventurière. Les courants sont forts et certains passages entre deux gorges s’avèrent être plus délicats que la normale. Dommage, car les crocodiles se font également rares.

Je décolle le lendemain vers le parc de Kakadu. Le vol panoramique d’une heure et demi m’offre une vue spectaculaire sur le Territoire d’Arnhem Land et plusieurs sites inaccessibles pendant la saison des pluies. Plaines inondées, marécages, billabongs…Le panorama est de toute beauté. Et que dire du survol des très célèbres Twim Falls et Jim Jim Falls qui n’ont probablement jamais été aussi impressionnantes qu’aujourd’hui.
Nous atterrissons à Jabiru, petit aéroport situé au coeur du parc de Kakadu
L’hébergement choisi pour cette nuit est le Gagudju Lodge Cooinda, un hôtel standard idéalement placé à proximité des Yellow Water. Le lendemain matin est donc consacré à une croisière pirogue pour observer la faune et la flore des Yellow Water. Pendant un peu plus d’une heure, nous nous sommes aventurés dans les marécages à la recherche de crocodiles et des nombreux oiseaux. Passionnée par son métier, notre guide prenait soin de nous commenter chaque animal rencontré.

L’après-midi, je visite l’un des sites d’art aborigène les plus connus d’Australie, Nourlangie Rock. Dans une falaise de grès rouge, on y observe de magnifiques peintures rupestres.

Je prends ensuite la direction de Darwin et du Wildman Wilderness Lodge, un éco-lodge situé dans les zones humides de la Mary River juste en dehors du parc de Kakadu. Le site est superbe. Ses bungalows équipés et ses tentes deluxes font face aux plaines inondables qui abritent de nombreuses espèces d’oiseaux et d’animaux. De ma terrasse privée, j’observe les colonies de kangourous qui explosent de vie. Deux d’entre eux m’offrent le spectacle surprenant d’un combat de boxe. Dommage que je ne reste qu’une seule nuit. L’environnement est superbe et l’hébergement luxueux. L’accueil de notre hôte est d’ailleurs à la hauteur des installations.

Le lendemain matin, une croisière est organisée pour découvrir les marécages de la Mary River. Malheureusement, le temps n’est pas non plus de la partie et les animaux se font rares.

Mon voyage touche à sa fin et c’est maintenant le moment de reprendre la route vers Darwin pour prendre mon avion en direction de Sydney. M’attendent désormais cinq jours de salon pour rencontrer les prestataires qui vous permettront de découvrir, comme moi, toutes les richesses du Territoire du Nord.