Pas besoin de “pass VIP” pour griller la file d’attente…

Vous revenez de vacances et pourtant, vous êtes de fort méchante humeur : vous venez d’atterrir à Roissy (l’aéroport le plus détesté d’Europe par ceux qui prennent souvent l’avion) et le monde entier semble être arrivé à la même heure que vous. Vous vous préparez psychologiquement à la perspective de faire la queue pendant deux heures. Vous maudissez Aéroports de Paris et le ministère de l’Intérieur. Pour la dernière fois : vous n’aviez jamais entendu parler de PARAFE mais heureusement pour vous, Frédéric, qui déteste attendre dans les aéroports, vous livre un bon plan…

Vous êtes en pleine forme : vous venez de vivre un voyage parfait. Il a été organisé avec le plus grand soin par votre tour-opérateur préféré. Vous avez bourlingué dans une nature vierge, vous vous êtes régalé de mets raffinés, vous avez barboté dans les plus belles mers du monde, vous avez rencontré des gens passionnants qui vous ont fait découvrir une culture et des traditions dont vous n’aviez même pas idée… En plus, vous êtes reposé et bronzé. Bref, tout va bien.

Tout va bien jusqu’au moment où l’avion amorce sa descente. Le personnel de cabine vous avait déjà réveillé une heure plus tôt pour vous servir le petit déjeuner. Forcément, mal réveillé, vous avez répondu « oui, s’il vous plaît… » à la question « thé ou café ? » et vous vous demandez encore ce qu’était cette boisson bizarre qui vous a été servie. Et le pire, c’est que vous l’avez bue.

Puis, il y a 10 minutes, l’hôtesse vous a annoncé de sa voix doucereuse : « Mesdames et Messieurs, nous venons d’atterrir à l’aéroport international de Paris Charles de Gaulle, il est 7h04 et la température extérieure est de 7 degrés. » Ah oui, quand même… 25 degrés de moins qu’hier ! Cliquetis de ceintures, les passagers se lèvent comme un seul homme, sortent de l’avion, empruntent les couloirs interminables de Roissy. Et là, c’est le drame.

Entre 6h et 7h30, il n’y a pas que vous qui arrivez à Roissy. Calculez : de nombreux vols partent des capitales asiatiques vers minuit. 12 heures de vol moins 6 heures de décalage horaire, ça fait une arrivée vers 6h du matin… Et ceux qui partent des Etats-Unis et des Antilles vers 18h ? Ajoutez 7 heures de vol + 6 heures de décalage horaire = 7h du matin… Donc, 50 vols long-courriers qui arrivent en une heure, multiplié par 300 passagers par vol en moyenne, ça fait 15 000 passagers.

Evidemment, seuls deux guichets de la police sont ouverts. Vous essayez de savoir s’il vaut mieux vous diriger vers la file « passeports UE et Suisse » (elle est très longue, mais le contrôle devrait être rapide puisque tous les membres de l’UE peuvent circuler librement en France) ou « tous passeports » (moins de monde, mais le contrôle est plus long). Cruel dilemme.

Et là, vous voyez un petit nombre de passagers détendus qui avancent d’un pas léger vers la file « service PARAFE ». Qu’est-ce que c’est que ça ? Vous n’osez pas les suivre… PARAFE, ça veut dire « Passage Automatisé Rapide Des Frontières Extérieures. »

PARAFE 2

Comment ça marche ? Vous avez juste besoin de votre passeport et de votre index droit. Normalement, vous devriez avoir ça dans votre poche… Vous arrivez donc au poste « PARAFE », vous introduisez votre passeport, une porte s’ouvre, vous entrez dans un sas, vous posez votre index droit, la deuxième porte s’ouvre et à vous la liberté !

Personnellement, à chaque fois que je passe les contrôles de cette manière, j’ai l’impression d’être un ultra-privilégié !

Bien sûr, si vous avez eu l’idée saugrenue d’enregistrer un bagage, vous allez devoir attendre la livraison. Avec un peu de (mal)chance, il y aura une grève des bagagistes ce jour-là. Mais au moins, vous aurez 1- la satisfaction d’avoir grillé tout le monde au contrôle des passeports 2 – d’être un VIP ! Mais une fois la police (ou le sas PARAFE) passé et votre bagage récupéré, tout n’est pas encore gagné : la RATP et les chauffeurs de taxi peuvent aussi revendiquer quelque chose, et cesser le travail…

Comme disait Lao Tseu (ah non, c’était ma prof de sciences éco’ en terminale…), « pour gagner du temps, il faut savoir en perdre ». C’était son argument pour nous dire qu’il fallait faire des fiches pour s’approprier les résumés de cours, et que ça prenait du temps de les écrire, mais qu’au moins on s’en souviendrait.

Si vous êtes l’heureux titulaire d’un passeport biométrique, vous n’avez rien à faire et vous allez gagner du temps sans en perdre au préalable : précipitez-vous directement sous les panneaux « PARAFE ».

Si vous avez un passeport classique, vous devez vous inscrire au préalable. Ça ne vous prendra pas bien longtemps et cet investissement sera vite rentabilisé. De toute façon, votre tour-opérateur préféré vous a conseillé d’arriver au moins 2 heures avant le départ à l’aéroport, alors vous avez largement le temps. Il y a trois espaces d’inscription à Roissy-CDG et un à Orly. Voici précisément où les trouver :

à Roissy-CDG : – au terminal 2E, niveau départs, près de la sortie 10 (ouvert de 8h00 à 20h00, 7/7) – au terminal 1, à proximité de la sortie 24 – entre les terminaux 2A et 2C, au niveau – 1, à l’embarquement A/C.

à Orly : au terminal sud, niveau départs, zone publique avant l’entrée du hall A (ouvert de 9h00 à 18h30, 7/7).

Le fonctionnaire de police affecté aux inscriptions sera ravi de vous voir (j’y ai emmené plein d’amis, et disons, diplomatiquement, que je n’y ai jamais vu de gens assommés par une masse de travail). Il feuillettera votre passeport (le mien a sifflé d’admiration « ouh la la, vous voyagez beaucoup ») et s’il fait un peu de zèle, il vous demandera comment vous avez entendu parler de PARAFE. Parlez-lui donc de Monde Authentique, et ayez une petite pensée émue pour mes conseils ! Si vous ne pensez pas à moi ce jour-là, je suis prêt à parier qu’à votre prochaine arrivée à CDG un matin vers 7 heures, vous vous direz « lire les billets du blog de Monde Authentique est une source de bonheur presque inégalée » !