Paul, votre Conseiller Personnel en Voyages

PAUL-SITE MA-EQUIPE-NB

Paul Martin – 07 82 53 08 38

Depuis qu’il a 18 ans, Paul part à la découverte des peuples et cultures du monde dès qu’il a quelques jours devant lui. Ses récentes émotions : un bon repas avec les Hmong fleuris dans les rizières en terrasse du Vietnam, un culte partagé avec les Tamouls dans le Nord du Sri Lanka, une chasse avec les indigènes du Costa Rica… Pour Paul, un voyage est avant tout un prétexte aux rencontres et aux partages.
Paul vit à mi-chemin entre Marseille et Toulon. Il rencontre ses clients-voyageurs chez eux, à leur bureau ou à l’endroit de leur choix pour échanger avec eux et concocter leur voyage sur-mesure.

Spécialités : Costa Rica, Inde, Philippines, Sri Lanka et le monde entier !

 

Invalid Displayed Gallery

Quels sont tes plus beaux souvenirs de voyages ?

Avec le grand nombre de pays que j’ai parcourus, j’ai tellement de souvenirs !

Je me souviendrai toute ma vie de cette découverte de Goa en Inde du sud à moto. Se faufiler dans les méandres d’une circulation chaotique, éviter les vaches sacrées couchées au milieu de la route et découvrir les vestiges de l’empire colonial portugais à chaque carrefour. Rouler à gauche n’est pas simple mais on s’y habitue vite. Enfin l’utilisation judicieuse du klaxon devient rapidement une manie à chaque croisement, à chaque piéton, pour chaque rond-point… J’ai découvert une vraie richesse dans ce pays qu’elle soit culturelle, naturelle, et humaine avec des populations souriantes, chaleureuses et accueillantes.

C’est aux Philippines que j’ai fait ma plus belle rencontre. Au large de Siquijor, non loin de Apo Island, me voilà nez à nez avec une superbe colonie de tortues. J’ai découvert des êtres si paisibles qui inspirent la tranquillité. Nager avec les tortues fut une expérience forte en émotions et j’ai beaucoup appris sur ces espèces en danger. Les Philippines m’ont ouvert les yeux sur une Asie différente par rapport au Vietnam. Une Asie luxuriante où la nature est omniprésente et où il est possible de faire des rencontres avec des espèces animales exceptionnelles comme les tarsiers, plus petit mammifère du monde, qui lorsqu’il a peur peut retenir sa respiration jusqu’à en mourir.

Savez-vous que c’est en Croatie que j’ai découvert les plus belles richesses naturelles d’Europe ? Le pays offre plus d’une dizaine de parc nationaux et après avoir passé une journée à flâner dans le parc de Plitvice, j’ai rapidement su qu’il était mon préféré. Plitvice, c’est une eau cristalline et turquoise, le bruissement assourdissant des cascades mélangé au son mélodieux des petites rivières, c’est à certains endroits une surface aussi lisse qu’un miroir et aussi transparente qu’on ne la discerne pas, enfin c’est un paysage unique avec une forêt primitive qui abrite ours et loups. La Croatie fut pour moi un enchantement et une agréable surprise.

Mon engouement le plus total est pour l’Amérique Centrale. Que ce soit au sommet du grand temple à Tikal au nord du Guatemala entouré d’une famille de coatis, sur la terrasse de mon bungalow au Belize au-dessus de la barrière de corail à regarder les raies passer, au cœur de la jungle de Cahuita au Costa Rica à observer une famille de paresseux ou en dégustant avec les Wounaan du Panama le succulent poisson pêché du matin, c’est dans cette partie du monde que j’ai vécu les moments les plus forts et où j’ai appris le plus de leçons sur le monde et moi-même.

Quelle a été ta dernière aventure marquante ?

Récemment j’étais dans la ville de Boquete au Panama. Le plus haut sommet du pays culminant à 3 475 mètres me faisait face comme s’il me défiait. Je pris alors la pire décision de mon voyage, qui devint aussi mon souvenir le plus intense : L’ascension du Volcan Baru ! Je savais que la montée serait longue et pénible. Les informations que j’avais collectées disaient toutes que gravir la plus haute montagne du Panama est un exercice difficile. Le soir même à 23h30 j’étais en bas du sentier et je suis parti à la seule lueur de ma lampe frontale pour relever le défi. Après 1h30 de marche j’aperçus au loin quelques lueurs et fis la rencontre d’une Hongroise et d’un Turc, puis rapidement je rattrapai un petit groupe de diverses nationalités (Anglais, Espagnol, Argentin, Panaméen, Groenlandais…). Au total il me fallut 5h30 pour atteindre le sommet et passer de 1 300 à 3 475 mètres d’altitude. Alors, oui l’épreuve fut rude et difficile, oui ce fut long, il faisait froid mais le spectacle au sommet était fantastique. Petit à petit le soleil fit son apparition, embrasant le ciel d’un mélange de lumière rouge, orange et jaune qui tentait de percer les nuages en contrebas. Puis la mer de nuage commença à s’agiter : sous mes yeux, un véritable ballet de brume et de nuage en constante activité, un spectacle éblouissant. Les marcheurs que j’avais croisés m’avaient rejoint et avec toutes nos origines différentes nous représentions le monde sur le toit du Panama. Nous avons partagé le petit-déjeuner. Je vous épargne les difficultés de la descente qui est tout aussi pénible que la montée. Mais j’ai appris grâce à cette ascension et à ce voyage : J’ai compris que quelque soit le chemin, en pierre, boueux, en pente et difficile, le plus important est de prendre son temps et que petit à petit on arrive toujours à la fin. La récompense n’en est que plus intense, et le meilleur est de la partager avec des inconnus de tous horizons.

hamac-web

Quel est le secret pour trouver des endroits/hébergements secrets ?

C’est un secret bien gardé ! La base, c’est la passion et le voyage. Je suis souvent à l’autre bout du monde pour découvrir les derniers lodges ou petites structures qui viennent d’être construites. Pour trouver les cachettes secrètes ou les meilleures adresses je passe beaucoup de temps à observer la population. Puis comme un véritable caméléon je me fonds dans le décor et partage avec les locaux leur quotidien. Rapidement, ils me font découvrir les endroits qu’ils aiment : typiques et authentiques. J’aime partager avec les populations, prendre le temps de les écouter, que les gens me racontent leurs histoires, faire connaissance de leur famille. Je leur explique mes besoins d’hébergement de charme au plus proche du quotidien, des restaurants familiaux et des activités simples mais tellement authentiques.

Disponible 7j/7, 24h/24, Paul vous rencontre chez vous, sur votre lieu de travail ou tout autre endroit public de votre choix.
paul@monde-authentique.com – 07 82 53 08 38