Naples, l’autre capitale du sud

A 200 kilomètres au sud de Rome, Naples, l’ancienne capitale du Royaume de Naples et des Deux-Siciles, est bâtie en amphithéâtre sur une large et magnifique baie au pied du Vésuve. Ce monstre tant aimé, faussement endormi (depuis 1944), veille et menace, dispense ses largesses dans ses terres fertiles où poussent la vigne et la tomate, l’orange et le citron.

Baroque à souhait, Naples ne cesse de fasciner par ses contrastes saisissants, tour à tour éblouissante et obscure, magistrale et chaotique, exhibée et secrète… Profondément cosmopolite, cette cité portuaire fut grecque, byzantine (Vème siècle), normande (XIIème siècle), souabe (XIIIème siècle), française (XIIIème –XVème siècle), espagnole (XVème – XVIIème siècle), avant de passer sous le Royaume des Bourbons au XVIIIème siècle, devenant alors l’une des grandes capitales d’Europe. Inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, Naples offre un ensemble monumental exceptionnel, d’une grande valeur artistique et architecturale. La ville a su conserver une grande authenticité jusque dans son plan urbain, préserver son précieux héritage architectural et artistique et ses traditions. Elle est une ville résolument vivante, dynamique, ouverte sur le monde méditerranéen. Même si elle n’exerce plus une aussi grande influence sur le reste de l’Europe qu’à l’époque de la Grande Grèce, la capitale de la Campanie est à la tête de l’une des plus sublimes régions d’Italie.

Aujourd’hui, Naples fait sa mue, creuse pour rénover son métro, trouve des vestiges, s’arrête, fouille, repart, battante, pour se faire encore plus séduisante !

Comment aborder Naples ?

L’avion est le moyen le plus rapide pour rejoindre Naples (2h15 depuis Paris), avant un transfert en taxi (montant de la course à négocier avant de monter) parfois offert par certains hébergements que propose Monde Authentique. Le train est plutôt long depuis la France et en particulier de Paris. Il est bien sûr possible d’arriver à Naples avec sa voiture personnelle dans le cadre d’un voyage plus large en Campanie : pour éviter les inconvénients d’un trafic très dense dans le centre et de la conduite napolitaine pour le moins trépidante, il sera plus prudent de se garer dans un parking (payant) ou celui de l’hôtel (s’il en a un) et ne plus toucher à sa voiture avant d’en repartir !

Faut-il séjourner dans Naples ?

Incontestablement ! Véritable musée en plein air, Naples mérite qu’on lui consacre pleinement quelques jours. D’autant qu’il est facile de tout visiter à pied, même si l’ancien centre-ville est le plus grand d’Europe. Marcher est la meilleure façon de connaître la ville et rencontrer ses habitants, le temps de s’immerger dans l’univers incroyable de cette métropole de l’art, de l’opéra et de l’architecture, parmi la population parfois grouillante, souvent exubérante, pour se créer sa propre expérience. Plonger ainsi dans cette vaste cité en effervescence permanente, aux monuments somptueux permet d’en mieux apprécier l’ambiance si vivante. Naples est un spectacle.

L’intérêt de séjourner dans Naples, en particulier pour qui n’a pas très envie de conduire sur la presqu’île sorrentine souvent encombrée par le trafic automobile, c’est qu’il est facile d’en partir à la découverte de sites majeurs alentour (Vésuve, Pompéi, Herculanum, y compris Sorrente…) avec la bien nommée ligne de train, la Circumvesuviana (départ de la gare centrale).

Comment se déplacer dans Naples ?

Par chaude journée d’été, après avoir arpenté en tous sens ces ruelles pavées du basalte du Vésuve, l’envie peut se faire pressante de boire une rafraîchissante granita di limone en terrasse face à la mer à Santa Lucia, ou de récompenser ses efforts avec une délicieuse sfogliatella chez Pintauro, via Toledo. Il est alors tout à fait possible d’attraper un bus (souvent ralenti par une circulation intense et fantaisiste), ou le métro plus rapide, bien que doté de 3 lignes seulement (en cours d’extension), où l’on découvre que même le métro peut être une œuvre d’art !

Un autre moyen, amusant et bien pratique pour gravir les collines de Naples et atteindre par exemple la Certosa di San Martino, c’est l’un des quatre funiculaires : central, Montesanto (qui permet de prendre une correspondance pour les Champs Phlégréens), Chiaia et Mergellina. Inutile de chercher le fameux funiculaire de la chanson napolitaine Funiculi, Funicula qui partait à l’assaut des pentes du Vésuve dès la fin du XIXème siècle, endommagé par diverses éruptions puis détruit par la dernière en 1944.

Les îles du Golfe de Naples, Capri, Ischia et Procida sont quant à elles accessibles en bateau, en aliscafo (hydroglisseur) ou en ferry (plus lent), jusqu’à Sorrente.

A voir, à faire

Le tracé antique en damier de l’ancienne Neapolis a laissé apparentes trois rues parallèles, orientées Est-Ouest, le decumano superiore, le decumano maggiore, aujourd’hui Via dei Tribunali et le decumano inferiore ou Spaccanapoli, qui fend littéralement la ville en deux. C’est dans ces rues populaires, bordées de monuments historiques que palpite la vraie vie des Napolitains, et c’est là que se lit ou se devine une grande partie de l’histoire de Naples, de l’époque gréco-romaine jusqu’au XVIIIème siècle : églises et obélisques baroques, couvents et cloîtres ornés de céramiques, palais imposants, échoppes d’artisans (crèches, luthiers, orfèvres), libraires, églises renfermant d’immenses chefs-d’œuvres…

Loger dans Naples permet de prendre le pouls de cette ville bouillonnante et l’on court visiter le Musée d’archéologie avec ses sculptures, ses mosaïques, indispensable complément des sites de la région. Sur les hauteurs de la ville, deux musées majeurs : dans un parc, le Musée de Capodimonte, offre une remarquable pinacothèque et sur la colline du Vomero, la Chartreuse de San Martino expose la plus belle collection de crèches au monde (c’est une grande spécialité de Naples !).

Que voir autour de Naples ?

De nombreux sites culturels émaillent les environs de Naples, certains très connus mais toujours fascinants tels Pompéi, Herculanum, et d’autres moins fréquentés comme la Villa Poppea magnifiquement conservée, ou la villa de campagne de Boscoreale.

Au Nord de Naples, si l’on a le temps, Caserte et sa Reggia sont une belle surprise, imposant palais rehaussé de jardins et d’une cascade, édifié par les Bourbons de Naples pour surpasser Versailles.

Quant à Capoue, la cité a perdu ses antiques « délices » mais conservé son amphithéâtre, le deuxième plus grand d’Italie après le Colisée, et une atmosphère douce et nonchalante.

Plus à l’Ouest, à Pozzuoli, première colonie romaine, les vestiges archéologiques sont éparpillés sur tout le territoire. Dans le coin, d’autres vestiges méconnus, à Baia avec ses anciens thermes et villas privées où les curieux peuvent découvrir à bord d’un bateau à fond de verre d’anciennes villas patriciennes immergées. Une version plus sportive est une exploration sous-marine avec bouteilles pour les approcher dans l’eau !

Toute la région des Champs Phlégréens, avec la Solfatare (la soufrière) résulte d’une intense activité volcanique et des mouvements de terrain réguliers (le bradyséisme) depuis plus de… 40 000 ans !

Au sud, la péninsule sorrentine suivie de la côte amalfitaine égrènent des petites villes superbes, accrochées à la falaise, en amphithéâtre face à la mer d’un bleu intense : Sorrente, Positano, Amalfi – ancienne République maritime, Ravello et ses villas raffinées serties de jardins élégants… Plus loin Salerne, grand port de commerce et bourg médiéval, mérite plus d’attention, avec son agréable promenade sur le Lungomare. Quant à Paestum, il reste incontournable pour ses temples majestueux et son riche musée d’archéologie.

Les atouts naturels sont bien présents entre l’ascension du Vésuve avec un guide alpin, et les îles :

  • à 30 minutes en bateau de Naples, Ischia, dominée par son volcan éteint (788m) et son château aragonais (XVème siècle) est bien connue depuis l’Antiquité et appréciée pour ses dizaines de sources thermales. Monde authentique recommande d’y séjourner : randonnées à pied, en kayak ou en VTT qui raviront (aussi) les enfants, excursions sous-marines avec masque et tuba, cours de cuisine et déjeuner avec une famille locale…
  • A côté, la toute petite île de Procida (4km²) dégage un charme oriental avec ses maisons colorées aux toits-terrasses, reliées entre elles par des escaliers qui dégringolent face à la mer, ses quais tranquilles où sont amarrées des barques de pêche. C’est dans son petit port qu’a été tourné en partie l’excellent film Il Postino.
  • Capri, à 35 minutes de Naples ou de Sorrente en hydroglisseur, électrise toujours le voyageur, séduit par ses villas historiques, ses chapelles, ses ruelles blanches où claque le rose des bougainvillées, ses jardins et ses vues plongeantes sur la mer… Depuis le port, le microbus grimpe jusqu’à la fameuse piazzetta d’où l’on peut partir voir toutes ces merveilles.

Des hébergements du charme au luxe

B&B cosy caché derrière une façade au crépis délavé où les voyageurs sont accueillis en amis avec toutes les attentions des propriétaires, grand hôtel historique du front de mer au design vintage recherché, hôtels-boutiques, ancien couvent dont la terrasse et la piscine surplombent merveilleusement la baie, ou encore un petit hôtel familial judicieusement situé dans le quartier espagnol près des rues piétonnes, Monde Authentique propose une belle sélection d’hébergements tant à Naples que sur la côte amalfitaine ou dans les îles proches : Ischia, Procida, Capri.

Sur cette côte merveilleusement échancrée, flanquée d’une pittoresque route en corniche, Sorrente, villégiature prisée des artistes depuis le XIXème siècle, dispose d’une large offre d’hôtels et continue d’exercer son charme désuet avec ses belvédères sur la mer et ses élégants palaces perchés sur la falaise.

Escapade romantique ou virée en famille, Monde Authentique concocte un séjour ou un itinéraire adapté aux envies, aux centres d’intérêt et au budget des clients-voyageurs.