Les Pouilles

Riche d’un passé foisonnant, le « talon de la botte » italienne est une terre plurielle façonnée par sa nature vallonnée et plutôt plane, sa géologie karstique, son histoire mouvementée, ses traditions fortement ancrées, sa spiritualité présente dans les églises, dont certaines rupestres, et dans la traditionnelle danse de la pizzica.

Quelle est la meilleure formule pour découvrir les Pouilles ?

Il existe deux portes d’entrée aériennes : Bari au nord et Brindisi au sud, reliées à Paris et plusieurs villes par des vols via Rome ou Milan. Certaines compagnies low cost opèrent des vols directs de Paris (en été seulement).

Une fois sur place, la formule « au volant » est particulièrement adaptée à la découverte des Pouilles. Elles peuvent donc se visiter aisément de façon autonome, à son rythme ! La région s’étire sur 400km de long. Le circuit s’étire en boucle au départ d’un des aéroports, soit l’entrée se fait par Bari et la sortie par Brindisi, ou inversement (suivant les horaires et disponibilités des vols).

En raison de la physionomie de la région, toute en longueur, un parcours itinérant est plus adapté qu’un séjour dans un unique point de chute d’où rayonner.

Quelle est la durée à consacrer aux Pouilles ?

Un minimum de 10 jours permet de découvrir les incontournables (région des Trulli, Ostuni et environs, Lecce, Otrante). Quelques jours de plus peuvent être consacrés à la détente en bord de mer et à la baignade ou à l’exploration plus exhaustive des passionnantes ressources artistiques et naturelles, à travers d’éventuelles activités, telles randonnée à pied, en VTT…

Quand se rendre dans les Pouilles ?

12 mois par an ! Un hôtelier facétieux se plaît à dire que les Pouilles ne connaissent que deux saisons : le printemps et l’été ! Et il a raison : il n’y a guère qu’en octobre et avec quelques soubresauts les mois suivants, où le ciel se décide à arroser cette terre plutôt aride, qui sied bien à l’olivier et à la vigne. Ses deux longs littoraux, côté adriatique et côté ionien, lui procurent des hivers doux.

Avec son climat méditerranéen, l’été dans les Pouilles est chaud mais rarement caniculaire car la région reçoit les vents venant des Balkans, juste en face. L’Albanie n’est qu’à 80km du point le plus oriental des Pouilles ! Les amateurs de golf apprécient de pouvoir venir jouer tranquillement en novembre et en décembre sur un magnifique green en bord de mer.

Que visiter dans les Pouilles ?

Les Pouilles sont connues peut-être avant tout pour leurs trulli, de charmantes constructions rurales traditionnelles tout en pierres (sans mortier), coiffées d’un toit conique souvent surmonté d’un ornement symbolique. Les trulli, inscrits au Patrimoine de l’Unesco depuis 1996, se trouvent particulièrement concentrés et préservés à Alberobello, qui attire par conséquent de très nombreux touristes, mais toute la verdoyante vallée d’Itria est constellée de ces adorables petites maisons.

Dans la campagne environnante, des ribambelles de murets de pierre sèche courent entre les champs, traçant une mosaïque de cultures, entre vigne et olivier. Ce dernier est profondément ancré dans le paysage. C’est un émerveillement de se promener à pied ou à vélo parmi ces alignements de troncs noueux sortis d’une terre rouge, dont le feuillage vert argenté s’élance sur fond d’azur dans un exquis contraste chromatique !

Une myriade de villages à l’histoire plusieurs fois millénaire attend le voyageur curieux :

  • Martina Franca et ses palais baroques,
  • le bourg de Cisternino et ses maisons chaulées ajourées d’arcades et de loggias sur une terrasse calcaire des Murge du Sud-est,
  • Conversano et son château du XIème siècle d’origine normande,
  • Locorotondo, désigné un des plus beaux bourgs d’Italie avec son habitat circulaire, réputé pour son activité viticole,
  • Ostuni, la ville blanche, et son dédale de maisons resserrées autour de sa Cathédrale du XIVème siècle…

Et bien d’autres, loin des chemins fréquentés, qui méritent aussi le détour tant pour leurs beautés artistiques que pour leurs excellentes nourritures terrestres (pains, focaccia, viandes grillées…).

Les amateurs partent admirer les concrétions des grottes de Castellana.

Plus au Nord, l’un des joyaux des Pouilles est sans nul doute Castel del Monte, classé par l’Unesco. Tel une couronne de pierre, ce fascinant château médiéval octogonal coiffe le sommet d’une colline. Edifié par Frédéric II de Hohenstaufen au XIIème siècle, il pose l’énigme de sa construction qui tourne tout entière autour du chiffre 8.

Dans les environs de Bari, il ne faut pas rater Trani et sa fière cathédrale en pierre claire au bord de l’Adriatique, et sa côte émaillée de quelques ravissants bourgs : Monopoli, très authentique avec son lacis de ruelles tortueuses et son petit port de pêche, Polignano a Mare, suspendu au-dessus de la mer sur son récif de tuf, pierre volcanique de la région.

Plus au sud, la plaine du Salento est elle aussi couverte de vastes étendues d’oliviers qui ondoient jusqu’à la mer. Lecce, avec ses églises et ses bâtiments baroques aux façades ciselées dans cette belle pierre blonde locale est l’autre bijou d’architecture des Pouilles. Sculptées au fronton des palais ou ornant le dessous de balcons tout en courbes, les statues, guirlandes de fleurs et de fruits, sont un enchantement.

Les 834 kilomètres de côtes des Pouilles offrent une façade littorale changeante, des falaises crayeuses du Gargano (province de Foggia) ourlées de plages de sable et de criques, aux longues plages de sable clair d’Ostuni ou de Santa Maria di Leuca à l’extrémité sud, le finis terrae de l’Italie ! Comme souvent en Italie, les plages alternent entre lidi (équipées de parasols et transats, payantes) et spiagge libere en accès libre, parfois bordées de dunes.

En remontant le long de la côte ionienne, la petite ville de Gallipoli est à découvrir, encore lovée dans ses remparts et dont les églises regardent la mer, sans oublier les plages surnommées les maldives du Salento, qui s’étendent autour de Pescoluse, Porto Cesareo, Punta Prosciutto ; dont le sable blanc prend parfois des tonalités de rose, bordées d’une mer cristalline.

Agritourismes et Masserie : charme et luxe dans les Pouilles

Terre rurale, les Pouilles offrent quantité de fermes aménagées pour l’accueil des voyageurs, allant de structures simples type B&B aux splendides masserie, fermes fortifiées du XVIIème siècle qui abritent souvent dans leurs murs épais des jardins d’orangers, des potagers bio et autres carrés aromatiques.

La qualité des B&B et d’hébergements à la ferme comme partout en Italie est inégale mais Monde Authentique choisit ses structures avec soin pour leur accueil, leur situation et leur charme. S’offrir quelques nuits dans une masseria permet de profiter d’un cadre unique et d’une ambiance rustique et élégante.

Plusieurs de ces magnifiques propriétés offrent des prix abordables ou incluent des extras pour peu que le séjour compte au moins 3 ou 4 nuits. A noter qu’elles ne sont pas exactement sur le bord de mer, mais à quelques kilomètres en retrait, entourées d’oliviers. Il faut donc envisager la marche à pied, le vélo ou une voiture de location pour se rendre à la plage. Mais quasiment toutes ont une belle piscine nichée parmi la végétation.

Attention, ces établissements sont souvent de petite capacité. En haute saison (juillet et surtout août), ils peuvent vite se remplir ! Les plus luxueux disposent aussi d’un spa et de services liés tels massages, soins de beauté… De quoi vraiment déconnecter du quotidien, loin du stress et de la pollution !

Inutile de résister plus longtemps au charme puissant des Pouilles, les créateurs de voyages de Monde Authentique dressent des itinéraires sur mesure pour une découverte au plus près de la nature et des traditions de cette belle région, sans oublier sa saine et savoureuse gastronomie. Diverses activités peuvent agrémenter le programme d’un voyage : balade à vélo, cours de cuisine, dégustation d’huile d’olive, visite de caves, partie de golf…