Les îles de Nouvelle-Calédonie

Lors d’un voyage en Nouvelle-Calédonie, les îles de la Loyauté et l’île des Pins restent des incontournables. Nager avec les tortues dans la baie des Tortues à Maré, admirer les falaises de Jokin à Lifou, se perdre dans le trou bleu de Hanawa à Ouvéa ou voguer sur les flots de la baie d’Oro à l’Île des Pins, le choix reste vaste, parfois cornélien. Les créateurs de voyage de Monde Authentique, fins connaisseurs de la destination, aiguillent les clients-voyageurs dans leurs décisions.

Maré

Pour les voyageurs en quête d’authenticité, de nature intacte, de rencontres insolites, et capables de compromis sur le confort de l’hébergement, l’île de Maré est tout indiquée. Maré se découvre avec le cœur, c’est une île qu’il faut savoir apprivoiser. Les créateurs de voyage de Monde Authentique recommandent vivement la location d’un véhicule pour arpenter en toute autonomie cette île de caractère. Les activités auxquelles se consacrer sur place ne manquent pas : baignade dans un des plus beaux lagons au monde, rencontre insolite avec les tortues grosses têtes, participation à la fête de l’igname, de l’avocat ou encore de la mer, snorkeling dans l’aquarium naturel de Tadine, ou encore découverte de « Saut du guerrier« , légendaire promontoire rocheux à Wakone.

Lifou

Aussi grande que la Martinique, cette île du bout du monde se découvre également au volant d’un véhicule de location. Lifou, véritable jardin d’Eden est un petit bout de paradis sur terre, surtout lorsqu’au début de l’été des milliers de papillons virevoltent dans les airs, dans un spectacle unique. Un séjour de 4 nuits est vivement recommandé pour découvrir les plus beaux sites de l’île : la sublime et longue plage de sable blanc farineux de Luengöni, les grottes du même nom abritant un trou d’eau douce à explorer avec un chef de tribu, ou encore celles de Chateaubriand ou de Peng. L’île produit de la vanille et quelques producteurs permettent la visite de leur vanilleraie, une occasion de rencontrer les habitants. Les voyageurs les plus chanceux peuvent observer de mi-juillet à mi-septembre les baleines à bosse qui élisent domicile aux falaises de Jokin, un spectacle à ne pas manquer dans ce site haut en couleur !

Ouvéa

Cet atoll est l’un des plus beaux du Pacifique, surnommé “l’île la plus proche du Paradis” pour la douceur de vivre sans pareil qui y règne. Dans ces paysages paradisiaques dépourvus de pollution, les habitants vivent de la pêche, de la culture de l’huile de coco et du tourisme. Du nord au sud, une seule route longe la côte et une interminable plage de 25km s’étire le long d’immenses plantations de cocotiers.

C’est le royaume de la plongée notamment aux magiques Pléiades (sud ou nord), des sites avec de nombreux récifs coralliens sauvages posés sur le lagon que l’on rejoint par bateau. Côté hébergement, Ouvéa est cohérente avec son image : pas de grandes structures mais uniquement une petite hôtellerie simple et conviviale.

L’île des Pins

Ses plages de sable blanc, ses eaux turquoise sur lesquelles voguent les pirogues à balanciers et ses pins colonnaires sont autant de symboles romantiques pour un séjour idyllique. La plus méridionale des îles calédoniennes a été découverte par James Cook en 1774. Il n’y a eu depuis quasiment aucun changement dans ce petit paradis peuplé majoritairement par les Kuniés (peuple mélanésien). C’est l’île la plus fréquentée car elle offre différentes catégories d’hôtellerie, de la plus simple à la plus luxueuse. La réputation de cette escale s’est faite sur la beauté de ses baies : Kuto, Oro, Upi, Kanumera… de formidables piscines naturelles pour s’adonner aux joies de la plongée ou bien du snorkeling.

Parmi les curiosités locales, on peut noter la présence d’un héritage particulier : en 1872, la France créait une colonie pénitentiaire dans le sud-ouest de l’île pour déporter les Communards (insurgés de la Commune de Paris). Cet ancien bagne, chargé en émotions, est aujourd’hui envahi par la végétation.