Fred en Tanzanie, à la recherche de nouveautés hors des sentiers battus pour nos clients

Toujours à l’affut de nouveautés et vigilent sur la qualité de nos prestations en Tanzanie, Fred est encore reparti sur le terrain. Son envie de partager sa passion jamais démentie pour le safari a été son guide pour revenir avec de nouvelles idées de voyage en Tanzanie.

Je n’avais jusqu’à présent jamais emprunté les vols de la compagnie Ethiopian Airlines, notre principal partenaire aérien pour la destination…
Grâce au Boeing 787 « dreamliner », dernier né de l’avionneur américain, la première partie de mon voyage vers la Tanzanie est un délice : confort à bord appréciable, choix de films sur mon écran individuel, et repas au-dessus de la norme d’une classe éco. L’escale de 4 heures à Addis Adeba passe finalement assez vite. Le confort de l’appareil qui opère le trajet Addis Adeba /Kilimandjaro est plus rudimentaire mais le vol est court (2h30).

boeing787 14

C’est dans un état de relative fraîcheur que j’atterris en Tanzanie avec ce sentiment de familiarité que l’on ressent lorsque l’on revient dans les endroits que l’on aime. Etape indispensable avant le départ pour les pistes des parcs nationaux, Arusha offre un large choix de lodge pour tous les budgets. Bien que ma sélection d’hébergements (qui répondent aux critères de Monde Authentique) soit déjà faite, un coup d’œil aux nouveautés et un contrôle de nos valeurs sûres est toujours nécessaire.

Après une nuit bien agréable (et amplement méritée !) et des visites de deux hébergements haut de gamme à Arusha, départ pour rejoindre une concession privée située entre le lac Manyara et le parc du Tarangire.

Les concessions privées dans le nord de la Tanzanie sont plutôt rares. Ces concessions privées ont de nombreux atouts : sentiment d’exclusivité (avec un nombre très limité de visiteurs), densité de faune, et règles plus souples que dans les parcs nationaux pour la pratique des safaris.

En effet, la concession que je visite autorise les 4×4 à sortir des pistes et permet ainsi d’approcher au plus près les animaux. Les voyageurs sont également autorisés à pratiquer des activités de safaris interdites dans les parcs nationaux du nord du pays : safari à pied guidé par un ranger armé, safari de nuit avec projecteur spécial pour la vision de nuit, et enfin safari à cheval. Cette activité rare en Tanzanie offre des émotions uniques aux cavaliers aguerris. Avec seulement 6 tentes, un confort très haut de gamme, et des activités exclusives de safari, cette concession privée a toute sa place dans l’offre de Monde Authentique.

8.Visite d'un ranch qui en plus de safaris à pied et en 4x4, propose des safaris à cheval !

Le soir même, je suis invité à tester le tout nouveau lodge de la célèbre chaine de luxe Sanctuary qui propose des adresses d’exception en Afrique de l’est et en Afrique australe. Situé sur l’escarpement du rift, le lodge dispose d’une vue spectaculaire sur le lac Manyara en contrebas. Réservé aux voyageurs qui ont des budgets conséquents, le Sanctuary Escarpment est l’illustration de l’excellence en termes de confort et de service que la Tanzanie est en mesure d’offrir.

Avec un peu de regret, je dois quitter le cocon du Sanctuary Escarpment. Mon chauffeur et moi partons pour une longue journée dans la zone de conservation du Ngorongoro. Connue surtout pour le cratère du volcan qui a donné son nom à la zone de conservation, la région est celle que je préfère dans le nord de la Tanzanie.

La journée commence par la visite de camps de tentes installés sur l’arrête du cratère. Installés dans la forêt d’acacias qui borde l’une des pistes qui conduit à l’intérieur du cratère, les camps de tentes sont très haut de gamme et offrent un confort et service d’exception. Dormir dans l’un de ces camps, c’est l’occasion de pouvoir marcher sur l’arrête du cratère, et aller à la rencontre des Masaïs qui vivent sur ses contreforts. C’est peut-être aussi pouvoir être le premier à rentrer dans le cratère, avant que d’autres 4×4 n’y pénètrent. Le prix de la nuit peut être dissuasif, mais quelle expérience ! Monde authentique vous proposera le seul camp de tentes qui propose des tarifs raisonnables.

1.Rencontre inattendue lors d'une marche sur l'arrête du cratère du Ngorongoro

La journée se poursuit par le repérage de sites de bivouac pour les treks que nous proposons dans le Ngorongoro. Ces visites sont également l’occasion de repérer de nouveaux itinéraires sur les pistes les moins fréquentées de la zone de conservation, où vivent des Masaïs rarement en contact avec les touristes. Le parcours me permet de rejoindre le camp d’Olduvai pour le déjeuner par une piste au panorama superbe. Etape idéale pour rejoindre ensuite le Serengeti, ce camp propriété de l’un de nos fournisseurs en Tanzanie est décidément mon hôtel préféré en Tanzanie.

Ma longue journée continue à travers le Serengenti pour rejoindre la zone protégée de Grumeti qui borde les limites centre-ouest du parc national. En cours de route, je fais une halte à l’un des camps que nos clients choisissent le plus dans la vallée de Seronera. Le camp dispose de nouvelles tentes qui viennent ponctuer une montée en gamme très réussie depuis ma dernière visite il y a 2 ans : Une valeur sûre !

Arrivé pour le coucher du soleil au lodge où je vais passer la nuit, je vais pouvoir souffler un peu et expérimenter quelques activités exclusives de safari. Ouvert en décembre 2013, ce superbe lodge construit le long de l’arrête d’une colline propose des safaris à pied et des safaris de nuit. Après dîner, départ pour un safari de nuit à bord d’un 4×4 équipé d’un projecteur permettant d’observer les animaux sans les perturber. Bien que le début de la nuit y soit propice, je n’aurai pas la chance de débusquer des prédateurs en chasse. J’aurai cependant la belle surprise d’un bébé hyène sortant d’un bosquet attiré par la lumière, et plus globalement le souvenir de l’atmosphère unique que la nuit donne au safari.

12.Bébé hyène curieux de la lumière du projecteur lors d'un safari de nuit

Après un petit déjeuner très matinal, je pars à pied en compagnie d’un ranger armé à la découverte de la zone protégée. Je suis un grand fan des safaris à pied. On a l’impression de sentir le bush ! Marcher dans la brousse offre toujours des émotions spéciales, dont notamment le petit frisson que l’on ressent en côtoyant le danger (très relatif, le safari étant sécurisé).

Après ce début de journée comme je les aime, je pars rejoindre enfin le nord du Serengeti et la rivière Mara. « Enfin » car je rêve depuis longtemps de découvrir cette région mythique de la Tanzanie. Je vais pouvoir enfin assister au spectacle saisissant des immenses troupeaux de gnous qui traversent par milliers une rivière aux eaux tumultueuses infestées de crocodiles.

Sur le papier, c’est « la bonne saison » puisque le mois d’octobre est la période où les troupeaux redescendent du Masaï Mara kenyan en direction du sud du Serengeti. Je suis toutefois inquiet car cette année la migration vers le nord a commencé tôt, et le risque est grand que les troupeaux aient déjà retraversé…
Je déjeune dans le camp mobile que l’un de nos prestataires installe dans le nord du Serengeti entre juillet et octobre. Je connais déjà ses installations et suis ravi de constater que l’emplacement choisi pour le camp est excellent avec de très beaux paysages alentours et une forte faune résidente. Nous partons ensuite vers la rivière Mara située à une demi-heure de route. La piste qui mène vers la rivière descend une vaste plaine parsemée de buissons et de kopjes (amoncellement de rochers granitiques que l’on retrouve également dans le sud du Serengeti). Le paysage spectaculaire est traversé par une végétation plus dense où l’on devine le cheminement de la rivière Mara. On aperçoit au-delà les vastes plaines qui s’étendent jusqu’au Masaï Mara.

13.Les plaines du Masaï Mara Kenyan au delà des forêts qui bordent la rivière Mara

Après la visite de l’un des plus luxueux et plus réputés lodge de Tanzanie, nous poursuivons notre route pour nous rendre aux abords de la mythique rivière. Le cadre est magnifique et les animaux sont nombreux. Je guette l’autre rive dans l’espoir de voir des troupeaux sur le point de traverser, mais en vain. Nous passons le reste de la journée à longer le bord de la rivière pour rejoindre le camp où je vais passer la nuit.

Situé à l’embouchure des rivières Mara et Bolongonja, à proximité immédiate de la frontière avec le Kenya, ce camp mobile de luxe est face à l’un des points de passage habituel de la migration. J’apprends en discutant avec d’autres clients du camp que le matin même, ils ont pu assister à une traversée de la rivière Mara après une attente assez longue toutefois. Comme je le craignais, la majorité des troupeaux a déjà traversé. Les gnous et zèbres croisés au cours de la journée revenaient du Kenya où ils s’étaient établis dans la région à l’herbe fraiche et abondante. Le lendemain matin, avant de quitter cette superbe région direction Zanzibar, je me dis que je reviendrai un jour. J’espère bien cette fois-là pouvoir observer la migration traverser la rivière Mara !

15.Ce crocodile semble attendre la traversée de gnous

Ces quelques jours dans le nord de la Tanzanie auront été riches d’enseignements. Après un programme bien rempli et des kilomètres de pistes avalés, je rêve lors de mon survol du Serengeti de l’après-midi libre sur la côte est de Zanzibar, où je pourrai souffler et réfléchir à la façon de faire profiter nos clients voyageurs de cette superbe expérience.

survol Serengeti

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>