Désert, lagunes, montagnes : Vous êtes bien en Bolivie

Un jour, Séverine expliquait à l’une de ses clientes le programme qu’elle lui avait concocté en Bolivie. Elle parlait avec tant d’entrain de ce pays que j’ai commencé à regarder des photos et à me renseigner sur les merveilles de la nature présentes dans ce pays que je savais à peine situer dans le puzzle sud-américain. Je suis restée bouche bée en découvrant les images du Salar d’Uyuni. 2 ou 3 photos ont suffit à instaurer en moi une détermination profonde à le voir de mes propres yeux. J’espère que lorsque vous aurez vu les miennes, vous comprendrez qu’y aller était devenu une obsession pour moi !

Ma chère agence m’envoie donc en « voyage de repérage » au mois de novembre pendant 18 jours au Chili, en Bolivie et en Argentine (oui je sais vous êtes jaloux). Je m’étais concocté un petit itinéraire à travers ces 3 pays afin de ne découvrir que des régions où je n’avais pas encore mis les pieds. Le périple commence par Santiago du Chili et le nord du pays : Le Désert d’Atacama, mais je vous raconterai cet épisode une autre fois !

Beaucoup de tours en Bolivie partent de San Pedro de Atacama. Ils sont organisés par des agences locales qui ont pour certaines, un bureau à San Pedro, et un autre Uyuni. Il est très difficile de trouver des renseignements, des détails et des tarifs depuis l’étranger car la grande majorité de ces agences fonctionnent grâce aux touristes qui se trouvent à San Pedro et peu d’entre elles ont un site internet. Avec mes deux amis, nous avons donc réservé un tour de 3 jours en Bolivie auprès d’une agence locale, sur les conseils de l’un de nos guides. Le départ est prévu pour le lendemain 9h !

SAM_0027

CIMG0932

Le jour J nous faisons donc connaissance avec nos compagnons de voyage, un couple d’Anglais, un Hollandais, et notre guide Bolivien Miguel. De notre côté, nous sommes deux Français (dont moi) et un Anglais. Premier stop à la frontière bolivienne pour prendre le petit-déjeuner. Le paysage est très désertique et nous sommes entourés d’une douzaine de 4×4 ! aucun bus ne peut passer car… il n’y a pas de routes dans cette région. Donc cela limite le nombre de touristes et donne tout de suite un côté aventure.

Une fois les sacs bien attachés et bâchés sur le toit, nous partons pour la première merveille qui ne se trouve qu’à quelques minutes de la frontière : la Laguna Verde

Durant la première journée, nous voyons beaucoup de lagunes, et de toutes les couleurs. Une succession de photos parlera bien plus que tout ce que je pourrais vous raconter, donc voici un petit aperçu de la Laguna Blanca :
Ensuite nous atteignons le plus haut point d’altitude, 4900 m, aux geysers Sol de Manana. Le paysage est très lunaire, le sol est recouvert d’une multitude de cuvettes bouillonnantes à l’odeur de soufre.

Nous allons d’agréable surprise en agréable surprise… car la prochaine étape est à une source d’eau chaude, en plein milieu d’un paysage sublime, le bonheur !

SAM_0029

Ensuite, il est l’heure de déjeuner, donc nous roulons jusqu’au refuge situé à 4300 m d’altitude. Une petite Bolivienne en habit traditionnel vient nous servir notre repas : saucisse purée ! au moins tout le monde était content… Et puis ensuite, pour finir la journée en beauté, nous allons voir la Laguna Colorada, toute proche du refuge. Il m’est toujours difficile de déterminer les temps forts lors d’un séjour, mais là, c’en était clairement un, donc on a exprimé notre joie !

SAM_0070

SAM_0041

Bon par contre la première nuit au refuge était un peu moins marrante… Personne ne peut dormir à cause de l’altitude (même Miguel !) et puis surtout il fait très froid. Il n’y a pas d’électricité non plus, donc on se passera d’une douche froide… Heureusement il y avait quand même un générateur pour fonctionner de 19h à 21h afin que nous puissions recharger les batteries d’appareil photos et avoir un peu de lumière pour jouer au Time’s up.

Petit-déjeuner à base de pain et de dulce de leche (sorte de confiture de lait sucrée : hmmmm) et en route pour notre première étape : le Désert de Siloli, un vaste plateau au sable orangé décoré de montagnes colorées
Et puis quelques minutes plus tard, nous nous arrêtons dans le Désert de Dali et à l’Arbol de Piedra (arbre de pierre)

SAM_0101

Durant le reste de la journée, nous avons : découvert d’autres lagunes, pique-niqué au bord de l’une d’entre elles parsemée de flamants roses, traversé un début de désert de sel et dormi dans un hôtel ENTIEREMENT fait de sel, que ce soit les murs, les tables, les tabourets, les lits, le sol etc.

SAM_0112

Nuit très agréable dans ce petit hôtel de sel, après une bonne douche chaude en plus, c’était le grand luxe !

Dernier jour en Bolivie, pour moi c’est un peu le grand jour car j’attends depuis un an de voir le plus grand désert de sel du monde de mes propres yeux. Je parle bien sur du Salar d’Uyuni ! L’entrée dans le salar est assez marquée, donc on en prend tout de suite plein la vue. C’est tellement impressionnant de se retrouver seul en plein milieu d’une étendue blanche, à certains endroits on distingue quand même quelques montagnes, et le contraste entre elles, le ciel et le sol est magnifique. Nous sommes allés sur la Isla Incahuasi, aussi appelée Isla del Pescado , qui est une colline peuplée de cactus et de quelques lamas, en plein milieu du désert ; et de laquelle on a une vue panoramique sur l’étendue de sel. Après cette étape, nous sommes allés pique-niquer dans un endroit tranquille (c’est peu dire) quelque part au milieu du salar, et nous en avons profité pour faire un tas de photos classiques :

SAM_0153

SAM_0216

Le circuit prend fin à Uyuni, mais pour nous le voyage ne s’arrête pas car nous rejoindrons la frontière argentine avec un bus de nuit bolivien. J’ai vu tellement de paysages époustouflants que le temps n’est pas passé trop vite, ce tour de 3 jours a vraiment constitué un voyage à lui tout seul. A tous les amateurs de grands espaces ou de merveilles de la nature, il FAUT que vous visitiez en Bolivie !

Pour partir en Bolivie sur les traces d’Audrey, 

consultez notre site web et appelez nos conseillers « Amérique du Sud » au 01 53 34 92 78 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>